mardi 19 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Mercredi Saint

Mercredi Saint

MERCREDI SAINT

Textes du jour :
- 1ère lecture : Is 50, 4-9a
- Psaume : 68, 8-10, 21-22, 31.33-34
- Évangile : Mt 26, 14-25

Thème du jour : Miséricorde et la non violence

Parole du jour  : « J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. » Is 50, 4-9.

Méditation  : Oui, mais en tout temps ? Quel que soit le poids de l’épreuve ? Non, je ne peux pas. Mon fardeau st si lourd que je ne peux pas. Et c’est vrai qu’humainement je ne peux pas, mais l’Esprit en moi le peut. "Le fruit de l’Esprit-Saint, c’est la joie." et la liberté (Ga 5,22).

Alors aujourd’hui je vais essayer de me mettre devant mon Dieu, mon Dieu vivant et vrai, livré pour moi, demeurant au coeur de ce monde dans la présence Eucharistique, caché mais vivant, dans son anéantissement et dans sa gloire. Je vais me mettre devant lui et je vais lui dire : "Mon Dieu, réjouis-moi, donne-moi ta joie."

Le verbe qui est traduit par "enlève" signifie littéralement "soulever", "prendre sur soi". Jésus est venu dans le monde avec une mission précise : le libérer de l’esclavage du péché, en se chargeant des fautes de l’humanité. De quelle façon ? En aimant. Il n’y a pas d’autre façon de vaincre le mal et le péché sinon avec l’amour qui pousse à donner sa vie pour les autres.

(…) Dans le Nouveau Testament, le terme "agneau" revient plusieurs fois et fait toujours référence à Jésus. Cette image de l’agneau pourrait surprendre ; en effet, un animal qui ne se caractérise pas par sa force et sa robustesse porte sur ses épaules un poids si oppressant.

L’agneau n’est pas un dominateur, mais il est docile ; il n’est pas agressif, mais pacifique ; il ne montre pas les griffes ou les crocs quelle que soit l’attaque, mais il supporte et est soumis. Et Jésus est ainsi ! Jésus est ainsi, comme un agneau.

Qu’est-ce que signifie pour l’Eglise, pour nous, aujourd’hui, d’être disciples de Jésus Agneau de Dieu ? Cela signifie mettre l’innocence à la place de la méchanceté, l’amour à la place de la force, l’humilité à la place de l’orgueil, le service à la place du prestige. C’est un gros travail ! Nous chrétiens, devons faire ceci : mettre l’innocence à la place de la méchanceté, l’amour à la place de la force, l’humilité à la place de l’orgueil, le service à la place du prestige. Être disciples de l’Agneau signifie non pas vivre comme une "citadelle assiégée", mais comme une ville sur un mont, ouverte, accueillante, solidaire. Cela veut dire non pas endosser des attitudes de fermeture, mais proposer l’Evangile à tous, en témoignant par notre vie que suivre Jésus nous rend plus libres et plus joyeux. Pape François, Angélus du 19 janvier 2014 Extraits

Heure sainte : Psaume 30 (31)