lundi 18 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > Mgr Roger Houngbédji

Mgr Roger Houngbédji en pèlerinage d’action de grâce dans son diocèse natal

« Retourne chez les tiens et dis-leur ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa grande miséricorde ». Sur invitation de son excellence Mgr Aristide, évêque de Porto-Novo, et faisant aussi siens ces mots de l’évangile, son excellence Mgr Roger Houngbédji, nouvel archevêque de Cotonou était en pèlerinage d’action de grâce dans le diocèse de Porto-Novo les 18 et 19 novembre 2016. Sanctuaire marial de Maria-Tokpa, le village de Ko-Anagodo, la paroisse Saint Vincent de Tchaada, la cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception de Porto ont été les points focaux de ce retour aux sources.

A la cathédrale, ce 20 novembre, veille de la solennité du Christ-Roi, avec à ses côtés Mgr Aristide et entouré de prêtres, de religieux et religieuses, de fidèles laïcs, le prélat a rendu grâce pour ce que le Seigneur a accompli dans sa vie depuis sa venue au monde à Ko-Anagodo, un petit village de la commune d’Ifangni aujourd’hui, comme l’a rappelé le prélat. Ses parents y vivaient, son papa était catéchiste. Il y a fait ses premiers papas avant que ceux-ci ne déménagent pour Ita-Soumba, un autre village de la même commune ; delà, ils se sont rendus à Cotonou. Ce fut alors le départ pour le petit séminaire, l’entrée dans l’ordre des dominicains etc jusqu’à ce que Rome parle le 25 juin 2016 et que son sacre ait lieu le 24 sept de la même année.

JPEG - 3.4 Mo
La Maitrise

Cette eucharistie, sans doute la toute première qu’il célèbre dans la cathédrale de Porto-Novo, il l’a offerte pour la gloire de Dieu et le salut du monde. C’est le thème de la Résurrection qu’il a dégagé des textes du jour proposé par la liturgie de cette veille du Christ Roi. Selon le prélat, la résurrection est une réalité même si c’est un mystère. C’est le fondement de toute notre existence chrétienne, rappelant à ce sujet cette phrase forte de St Paul : « Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est notre foi … et de tous les hommes, nous sommes les seuls à plaindre. » Si la résurrection de Jésus est contestée aujourd’hui comme jadis même par des experts scientifiques, il faut recueillir l’enseignement que Jésus en donne. Pour Jésus en effet, la vie après la mort n’est pas une transposition des réalités d’ici bas dans le monde à venir. Mais il existe un lien entre la vie présente et la vie éternelle. Selon l’explication de Mgr Roger, la vie éternelle dépend de la façon dont nous vivons notre vie terrestre présente. La vie éternelle est l’aboutissement de ce que nous aurons fait de notre vie en ce monde. Cette dernière n’est donc pas à banaliser, mais à réguler et à régulariser en conformité avec la Parole de Dieu et l’enseignement de l’Eglise.

Mais déjà le vendredi 18 novembre, la chaleur et la joie du retour au diocèse natal avaient commencé au sanctuaire marial de Maria-Tokpa, 1ère station de ce pèlerinage. Une foule de fidèles s’y s’étaient massés et attendaient pour voir de plus près et ovationner, cet homme, ce fils du pays, ce prélat sur qui le Seigneur a jeté les yeux pour paître son troupeau. C’est d’abord à la chapelle de l’adoration perpétuelle de ce sanctuaire marial qu’il s’est rendu. Il s’est recueilli un instant devant le Maitre des lieux. Temps émouvant ! Silence sonore ! A ses côtés, l’évêque de Porto-Novo.

Aux pieds de la croix, ce dernier lui adressa le mot de bienvenue. Puis il s’est rendu à la loge de la Vierge Marie. Cela s’entend bien : après le fils, la mère ; ou alors le fils avec la mère. Ainsi la gerbe de fleurs qui a été offerte à Mgr Roger à l’entrée du sanctuaire marial, il a gravi les marches pour aller la porter lui-même à la Mère de Dieu, Mère de la Miséricorde, lui offrant sans nul doute TOUT. Sans plus tarder, le cortège s’est ébranlé de Maria-Tokpa, sous une chaleur étouffante, en direction de Tchaada. C’est à Ko-Anagodo qu’il s’est arrêté. Dans la chapelle saint Joseph de la communauté. Une foule impressionnante s’y est rassemblée pour voir le « fils du terroir » et ne pas se laisser conter l’événement. Brève prière et petite allocution. Mais Ko-Anagodo n’était qu’une escale. La nuit est tombée, et c’est l’église paroissiale Saint Vincent de Tchaada qui est envahie de fidèles, parents amis pour une célébration eucharistique animée par les chorales Adjogan et Sexwenyo. A l’homélie, c’est la mission du prophète qui a retenu l’attention du prélat et qu’il a développée en trois temps avec l’exhortation finale de faire de nos communautés et familles, des lieux où réside Dieu.

JPEG - 99.8 ko
devant la chapelle de Ko-Anagodo
JPEG - 79.5 ko
Messe à Tchaada
JPEG - 115.2 ko
Vue partielle des fidèles

Les fidèles de Tchaada, le diocèse de Porto-Novo à travers son pasteur, son clergé, ses religieux et religieuses, bref la famille diocésaine s’est mobilisée pour faire de ce pèlerinage de Mgr Roger une occasion d’action de grâce, de prière et d’évangélisation, en cette veille du Christ Roi de l’univers et de la clôture de l’année extraordinaire de la miséricorde. Le prélat repart le cœur ivre de joie, avec un jeu complet d’ornements sacerdotaux, beau souvenir dont il usera lors des célébrations eucharistiques, lieu et mémorial de la plus grande geste divine.

Autres photos

V. Frumence