jeudi 23 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > NOTRE SANTE : LE

NOTRE SANTE : LE PROBLEME RESPIRATOIRE

la respiration est très nécessaire pour la vie de l’homme. Aujourd’hui notre rubrique "NOTRE SANTE" se consacre aux problèmes respiratoires et comment y remédier sans grand moyen.

Le problème respiratoire

La gêne respiratoire (= dyspnée) peut être liée à de nombreux troubles comme des problèmes cardiaques ou pulmonaires, à une allergie, mais également à un état anxieux. Si vous avez du mal à inspirer ou à expirer, il est important de consulter un spécialiste qui vous éclairera sur la cause de cette difficulté et établira un diagnostic. Si votre difficulté respiratoire est d’origine psychogène (anxiété, stress, etc…), il se peut qu’elle soit liée à un syndrome d’hyperventilation ou à une spasmophilie. Il s’agit alors d’un symptôme bénin. Dans ce cas, une personne souffrant d’hyperventilation a tendance à respirer rapidement et de manière saccadée, ce qui entraîne une diminution du gaz carbonique dans le sang. Les symptômes suivants pourront apparaître en conséquence : étourdissements, fatigue, impression d’étouffement, bouffées de chaleur, vision floue, douleur dans la poitrine voire parfois, perte de connaissance. On considère qu’entre 6 et 10% de la population « respire trop », c’est-à-dire qu’ils ont un apport trop important en oxygène par rapport au gaz carbonique. On sait que la respiration est instinctive (il suffit d’observer un enfant respirer), mais au fur et à mesure de la construction personnelle, la manière de respirer va changer, car le souffle est le miroir de nos émotions. Tout le monde peut donc apprendre à mieux respirer

Réapprendre à respirer

pour anticiper une crise d’hyperventilation, ou tout simplement pour se sentir mieux, est à la portée de tous. C’est utile si vous observez que votre respiration a tendance à se bloquer ou si vous souhaitez tout simplement améliorer votre bien-être, car le souffle, en plus d’être associé à l’effort, est étroitement lié à nos émotions. Pour mieux respirer, faites d’abord travailler votre diaphragme à la respiration : gonflez votre ventre à l’inspiration en poussant pour l’étendre au maximum, tenez 2 ou 3 secondes et rentrez le ventre à la expiration. Cette technique permet de réduire efficacement les états de stress, mais également d’améliorer la concentration et d’apporter une sensation de bien-être… Les comédiens l’utilisent par exemple pour canaliser leur stress avant d’entrer sur scène. En cas de crise d’hyperventilation (voir les symptômes de l’hyperventilation) et si votre médecin a bien identifié que vous ne souffrez d’aucun trouble respiratoire grave, il est conseillé de respirer dans un sac en papier pendant quelques minutes en laissant un peu d’air s’échapper de temps en temps. Vous respirerez ainsi l’air que vous venez d’expirez, ce qui rééquilibrera la quantité de gaz carbonique dans le sang. Cette méthode est très efficace mais il est conseillé d’avoir toujours quelqu’un à côté de soi

Définir sa méthode de respiration

Pour savoir si vous respirez par le ventre ou par l’abdomen, mettez vous en position allongée, une main sur la poitrine et l’autre main sur le ventre. Prenez une inspiration : si votre poitrine se gonfle en premier, vous respirez par le thorax. Dans le cas contraire, vous respirez par l’abdomen. La respiration par le thorax ne permet pas d’utiliser l’intégralité de nos capacités respiratoires : la fatigue se fait donc ressentir plus vite, que ce soit au quotidien ou à l’effort, en raison d’un apport trop élevé en oxygène. Il faut donc apprendre à respirer par le ventre. En position allongée, un ballon gonflable dans la bouche, prenez une inspiration (1 seconde) et expirez en poussant sur le ventre de manière à gonfler le ballon (3 secondes). Répétez l’opération 10 è 15 fois.

Un exercice pour se détendre

La « respiration de la lune » donne de bons résultats. Asseyez-vous sur votre lit en position du lotus, le dos bien droit mais les muscles du corps décontractés. Bouchez votre narine droite avec le pouce droit et inspirez pendant 8 à 10 secondes par votre narine gauche. Bouchez également votre narine gauche avec l’annulaire et le majeur de la main droite. Retenez votre respiration pendant 8 à 10 secondes. Expirez lentement par la narine gauche. Répétez l’opération 10 à 15 fois.

Père Benoît Olatoundji ODOUNSI