dimanche 24 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 14ème Dimanche Ordina

14ème Dimanche Ordinaire Année C

Quatorzième dimanche du temps ordinaire année C

Annoncer Jésus mais surtout s’annoncer Jésus pour mieux l’annoncer aux hommes.

La parole qu’elle soit donnée ou reçue a une force extraordinaire. Elle met en marche, fait bouger et agir l’être humain. Bonne ou mauvaise, elle a le pouvoir de changer les choses, les gens, les événements, le monde et son histoire. Cette parole est toujours la parole de quelqu’un et très souvent, elle est adressée à quelqu’un d’autre qui doit à son tour la donner et aussi la recevoir.

Les textes de ce quatorzième dimanche du temps ordinaire de l’année C insistent sur l’annonce de la parole de Dieu. Une parole divine qui s’est faite parole d’homme, une parole à annoncer aux hommes et une parole à s’annoncer à soi même pour s’en nourrir afin de mieux l’annoncer.

Pourquoi l’annoncer ? Afin que les hommes en l’écoutant puissent découvrir le chemin de la vie parfaite, puissent découvrir le chemin du vrai bonheur, la vraie réponse à toutes les questions existentielles qu’ils se posent. Il faut l’annoncer parce que le Seigneur en a donné expressément l’ordre à ses disciples et par eux à tous ceux qui seront disciples à leur suite. Cf finale de Mathieu.

A qui l’annoncer : à tous les hommes et comme le disent certains papes dans l’adresse de certaines encycliques, ‘’ à tous les hommes de bonne volonté’’. Oui comme Saint Paul, tout chrétien est appelé à annoncer la bonne nouvelle à tous les hommes sans aucune distinction et sans aucune exception.

Qu’est ce qu’il faut annoncer ? La parole de Dieu. Et rien que cette parole. Cette parole, qui est une parole divine est devenue en Jésus parole humaine donc accessible et compréhensible à tous. C’est une parole de consolation, de paix et de joie comme nous le voyons dans la première lecture. Mais cette parole engage autant ceux qui la disent que ceux qui l’écoutent. La mission de l’annonce de la Bonne nouvelle est donc chose très délicate et sensible. C’est une mission urgente. L’évangile le dit bien : la moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux. C’est une mission difficile (brebis au milieu des loups) aussi car ce n’est pas facile de parler aux hommes surtout d’une chose que soit même on n’arrive à respecter comme il se doit. Mais la mission n’est pas de convaincre mais juste d’annoncer. Le Seigneur a précisé à ses disciples certains critères indispensables sinon obligatoires pour mener à bien la mission de l’annonce de la bonne nouvelle :

1- Une confiance inébranlable en la providence divine qui met tout en œuvre pour le bien de celui qui annonce la parole de Dieu.

2- Cette confiance doit devenir une foi totale en la providence et se manifester dans la vie de celui qui annonce la parole par un détachement par rapport au bien et confort matériels.

3- Ce détachement par rapport aux biens et conforts matériels imprime forcement un comportement à celui qui annonce la parole et le Seigneur ajoute qu’il doit se montrer comme un homme de paix.

4- Tous ces points impliquent une réelle souffrance, une certaine croix qui est indispensable pour la mission. Saint Paul le souligne dans la deuxième lecture.

Chers amis, lecteurs et lectrices, nous le voyons bien, annoncer Jésus n’est pas une sinécure mais c’est une chose si simple et facile quand on le fait avec, pour et par lui, quand on sait rester à sa place de serviteur inutile et non de thaumaturge, de chasseur de diable, ou de faiseur de miracle. Le Seigneur le dit bien dans la finale de l’évangile. Nous n’avons pas à nous réjouir et nous glorifier des merveilles ou miracles qu’il fait par nous dans notre annonce de la bonne nouvelle. Nous devons plutôt nous réjouir ‘’ que nos noms soient inscrits dans les cieux ’’. Comprenons bien que ce que l’on demande à tout chrétien c’est d’abord d’annoncer la parole de Dieu, pas d’abord de faire des miracles ou des choses extraordinaires. Le premier et le meilleur des exorcismes est, me semble t-il, l’annonce et l’écoute quotidienne de la parole de Dieu.

Beaucoup de choses dans la réalité quotidienne montrent clairement que l’annonce de la parole de Dieu doit être repensée en notre temps et entre autres choses, il est urgent non plus d’annoncer seulement la bonne nouvelle, mais de se l’annoncer pour mieux en vivre et l’annoncer aux hommes. A chacun de se demander s’il ne fait pas plus annoncer la bonne nouvelle aux hommes que de se l’annoncer lui-même. O Seigneur mets sur nos lèvres la parole qui sauve. Amen.

Abbé Elzéar ADOUNKPE