vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > JOUR DU SEIGNEUR > 17ème dimanche ordina

17ème dimanche ordinaire C

XVII Dimanche du temps ordinaire – Année C – 28 juillet 2013 Gn 18,20-21. 23-32 ; Ps 137 ; Col 2,12-14 ; Lc 11,1-13

Persévère dans la prière. Prie à temps et à contretemps. Prie quand tu en as envie. Et quand tu n’en n’as pas envie, prie encore. Des gens que tu ne soupçonne pas ont besoin de ta prière.

  • Je voudrais commencer cette petite méditation des textes du 17e dimanche du temps ordinaire par un témoignage. Un jeune homme qui venait d’entrer fraichement au séminaire, avait reçu beaucoup d’intentions de prières. Il promit de prier pour tous ceux là au cours du chapelet quotidien qui se déroulait après le repas du soir et la récréation. Mais il ne put tenir sa promesse car il dormait en marchant pendant le chapelet. Le programme du séminaire pour le nouveau venu qu’il était le fatiguait beaucoup et déjà à 20heures, il n’avait plus qu’un seul besoin pressant : dormir. Il vécut donc très difficilement le chapelet quotidien et ne put donc pas durant ce premier trimestre prier pour ceux qui lui avaient confiés des intentions. Au retour des congés, il se demandait ce qu’il allait dire aux gens à qui il avait promis de prier. Bien sûr ! se disait-il, aucun d’eux ne pouvait vérifier s’il l’avait fait ou pas. Mais il fut surpris car ceux pour qui il avait promis de prier vinrent le remercier car ils avaient -disent ils- été exaucés. Je n’encourage personne ici à ne pas prier mais je voudrais juste insister sur l’importance de la prière et dire que Dieu vient même au secours de notre faiblesse et prie en nous.
  • Les textes de ce 17e dimanche du temps ordinaire nous demandent de prier sans cesse, sans nous lasser, de persévérer dans la prière. La première lecture et l’évangile insistent fortement sur la persévérance dans la prière, une prière humble, simple, insistante, toujours recommencée, jamais découragée. Oui ! Dieu sait plus que nous-mêmes nos besoins et demandes. Mais il veut que nous demandions. Pourquoi ? Pourquoi prier si Dieu qui est notre Père connait nos demandes ? Oui il le faut parce que le but de la prière n’est pas d’adresser des demandes à Dieu pour qu’il les honore. Non. C’est une compréhension erronée de la prière. La prière est juste une rencontre personnelle intime, prolongée sinon durable avec le Seigneur. C’est une rencontre entre Dieu et sa créature, entre un Père et son fils. Et nous savons bien que ce n’est pas toutes les rencontres entre père et fils qui ont juste pour objet les demandes du fils. Nous pouvons même pousser la réflexion plus loin et nous demander si Dieu aussi au même moment que nous venons lui demander des choses, n’a pas aussi des choses à nous demander ? Je crois que si. A nous de savoir l’écouter pour connaitre ses demandes. Mais les textes de ce jour insistent sur la persévérance à avoir dans la prière. Ils attirent notre attention sur le fait que prier n’est pas une chose aussi simple et spontanée qu’on peut le penser. C’est un apprentissage, un effort de chaque jour toujours recommencé. Et pour cela, il faut s’accueillir comme dépendant en tout de Dieu et faire chaque fois son acte d’abandon total à la volonté divine. Revenir chaque fois et toutes les fois au Seigneur et repartir de lui en toute chose. Autrement dit, la prière comme une expression le dit souvent est la respiration du Chrétien. Saint Augustin dit que ‘’ la prière est l’un des signes de la grâce de Dieu en nous.’’ Mais attention à l’hypocrisie. On peut prier, être assidu, persévérant dans la prière juste pour être vu et apprécié des gens. C’est l’une des choses que Jésus reprochait aux pharisiens. A chacun de nous de se demander pourquoi et comment il prie. Cette petite citation de MAHATMA GANDHI peut bien nous aider :’ Il vaut mieux mettre son cœur dans la prière sans trouver de parole que trouver des mots sans y mettre son cœur ’’. Et nous voyons clairement dans cette citation que la prière portée à un plus haut niveau se fait silence dans lequel tout n’est que paix, union, communion, entente parfaite avec l’hôte intérieur qui est en nous. La prière est donc à ce niveau un peu comme ce que l’eau est au poisson, ou comme ce que l’air est aux êtres vivants et la persévérance en ce sens n’est plus un exercice difficile mais juste une heureuse habitude qui est devenue naturelle. C’est une telle grâce que nous tous devons demander à Dieu car cette grâce est celle de ceux qui sont dans le bonheur de Dieu. Il faut donc prier, toujours prier, à temps et à contretemps, qu’on en ait ait envie ou pas en demander au Seigneur de nous aider à savoir le prier.

Le Seigneur lui nous donne une réponse simple dans l’évangile : la prière du Notre Père. Enseignée par Jésus lui-même à ces disciples, cette prière prend en compte déjà tout ce qu’il faut pour le chrétien.

Notre père  : Cette expression dit déjà que celui qui prie a des frères et qu’eux tous ont un Père c’est pourquoi il a dit notre Père. Que ton Nom soit sanctifié : que le Nom de Dieu notre Père soit tenu pour sacré donc respecté. Ce respect, cette sanctification du Nom de Dieu signifie une sanctification de fils de Dieu. Si le Nom de Dieu était respecté, bien de choses auraient changé et bien de personnes réfléchiraient par trois fois avant de faire le mal.

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel  : la volonté de Dieu c’est le bien de L’homme et ce bien doit être fait sur terre comme au ciel. Viennent ensuite les demandes liées aux besoins de l’homme. La nourriture de chaque jour. Nourriture pour le corps, le pain et nourriture pour l’âme le pardon qu’il faut donner pour recevoir. La demande d’être sauvé de la tentation et du mal.

Cette prière que nous devons apprendre à redécouvrir et à prier lentement est une prière éminemment efficace surtout qu’elle fut enseignée par le Seigneur lui-même. Chers frères et sœurs amis de Jésus, demandons la grâce de savoir prier, de savoir rester avec le Seigneur. Amen

Père S.Elzéar Spire ADOUNKPE