dimanche 22 octobre 2017



A c t u a l i t é s
samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)

mardi 26 septembre 2017
Créée en 1932, la communauté catholique de Zian, (...)

jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)


En vrac !
mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > PAPA NOËL CAPTIF

PAPA NOËL CAPTIF

Les aventures de PAPA NOËL : Un mauvais garçon lui met le piège. Captif, PAPA NOËL appelle le sage Rudolf au secours.

Il était une fois un garçon aussi mauvais que malin. Il avait sans cesse de méchantes idées, c’est pourquoi, chaque Noël, il ne recevait pour tout cadeau qu’un minuscule bonbon. Un jour, il eut une idée encore pire que toutes celles qu’il avait eues jusque ici : " Cette nuit, c’est Noël, se dit-il, je veux être le seul enfant à recevoir des jouets. Quand Papa Noël viendra par la cheminée m’apporter mon bonbon, je l’enfermerai. Il m’appartiendra et j’aurai enfin des cadeaux, tous les cadeaux, j’en aurai pour toute l’année, pour tous les jours et les autres enfants ne verront plus Noël. Plus jamais ! Ah ! Ah ! Ah ! " Quelle idée ! Une idée terrible !

Le mauvais garçon imagina un piège. En bas de la cheminée, il étala un grand sac de toile, équipé d’une corde qu’il suffisait de faire coulisser autour de son ouverture pour le fermer solidement. Quand Papa Noël arriva, il atterrit, les pieds en avant, droit dans le sac. Le mauvais garçon se jeta sur lui, tira la corde pour fermer le sac et Ziiiip ! Voilà Papa Noël prisonnier " Libère-moi ! Les autres enfants vont être très tristes" hurlait Papa Noël. Mais le mauvais garçon se contenta de rire méchamment avant de quitter la pièce en fermant la porte à double tour. Pourtant, le mauvais garçon avait oublié les plus aimables des amis de Papa Noël : ses rennes, qui tirent le traîneau. L’un d’eux, qui s’appelle Rudolf, inquiet de sa longue absence se mit à sa recherche. Rudolf se doutait bien que Papa Noël devait être encore dans la maison là, sous ses sabots. En passant sa tête dans la cheminée, il vit un gros sac qui bougeait tout en bas, et à travers le tissu du sac il entendit la voix de Papa Noël qui criait : " Ouvre-moi, Rudolf ! Ce mauvais enfant m’a ligoté là-dedans ! "

Rudolf, épouvanté, libéra Papa Noël en un clin d’œil. Puis ils remontèrent dans le ciel pour donner leurs cadeaux à tous les enfants du monde. Sauf au mauvais garçon. Quelques heures après ces évènements, le mauvais garçon voulut voir les cadeaux qu’il avait volés Il entra tout doucement dans la pièce où il croyait trouver Papa Noël captif et les cadeaux des enfants du monde entier, mais, quand il découvrit que la pièce était vide, il commença à pleurer.
- Je ne recevrai jamais de cadeaux ! Je suis sûr, maintenant, que Papa Noël ne m’aime pas. Cependant, Papa Noël, qui avait fini sa tournée, entendit ces mots. Il repassa dans la cheminée du mauvais garçon, l’embrassa et lui dit :
- J’aime tous les enfants, et je t’aime aussi. Mais je ne veux pas récompenser tes mauvaises actions, ni ton égoïsme. Si tu me promets de te corriger, je te visiterai encore et toujours.

Ce Noël là, le mauvais garçon dut se contenter de l’habituel minuscule bonbon comme cadeau. Mais l’année suivante, comme il s’était réellement amélioré, il reçut de très beaux présents. Il en fut de même tout au long des années de sa vie. C’est ainsi que le mauvais garçon devint un enfant très bon et par la suite, un homme honnête et généreux. C’était dans sa maison qu’on fêtait le mieux l’esprit de Noël, dit-on.

Texte : Martine Félicia

Père Georges Willibrord GAYET