mardi 21 novembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)

samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)


En vrac !
vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > 1er JANVIER 2012 :

1er JANVIER 2012 : TROIS EN UN

Le premier janvier est le premier jour de l’année. Tout le monde y est sensible sans distinction de religion. Chacun éprouve toujours un certain sentiment de en passant d’une année à l’autre. Depuis quelques années ce jour est consacrée à la prière pour la paix dans le monde. Et pour les chrétiens on fête Marie mère de Dieu. Trois intentions pour cette seule journée.

Le jour de l’an

JPEG - 7.1 ko
fleur

Le jour de l’an désigne le 1er janvier et la fête qui l’accompagne. On le célèbre aussi sous le vocable de Nouvel an. Les célébrations qui marquent cette journée sont empreintes d’action de grâces à Dieu (ou aux dieux) pour sa protection durant l’année écoulée et sa faveur qui fait voir une nouvelle année. Parfois elles s’accompagnent de demandes de pardon pour les péchés et mauvaises actions de l’année qui s’achève. Mais elles portent plus surement la marque des prières pour que l’année qui s’ouvre soit plus belle, plus heureuse, plus féconde… c’est tout le sens des vœux qui sont formulés en cette saison.

Dans l’histoire, il faut retenir que le jour de l’an n’a pas toujours été le 1er janvier. Il « a beaucoup changé au fil des siècles, au gré des Eglises, des époques et des pays » car il y avait une diversité de calendriers suivant le cycle solaire ou celui lunaire.

C’est seulement depuis 1564 que, grâce à l’Edit de Roussillon du roi Charles IX et daté du 9 août 1564, le début de l’année est fixé au 1er janvier. En 1622, le pape Grégoire XV généralisa cette mesure à toute l’Eglise catholique surtout pour simplifier les fêtes religieuses.

Journée mondiale de la paix

Etendue au monde entier, cette journée est une initiative de l’Eglise catholique en faveur de la paix dans le monde. Elle est célébrée le 1er janvier de chaque année.

Tout remonte au 1er septembre 1964 où Raoul Follereau dans une lettre adressée au Secrétaire Général de l’ONU d’alors, Mr U Thant, plaidait pour « que toutes les nations présentes à l’ONU décident que chaque année, à l’occasion d’une Journée Mondiale de la Paix, elles prélèveront sur leur budget respectif ce que leur coûte un jour d’armement, et le mettront en commun pour lutter contre les famines, les taudis et les grandes endémies qui déciment l’humanité ». Cette idée plut au pape Paul VI qui la rappela le 4 décembre à Bombay en Inde.

Pour obtenir gain de cause, Raoul Follereau organisa une pétition entre 1964 et 1969 et « l’ONU reçut la signature de trois millions de jeunes de 125 pays appuyant cette démarche ». C’est à l’occasion de cette campagne que la première Journée mondiale de la paix fut instituée par le pape le 1er janvier 1968.

Il importe de savoir qu’à côté de la journée mondiale de la paix il existe une journée internationale de la paix « dédiée à la paix et particulièrement à l’absence de guerre qui doit se manifester par un cessez-le-feu dans les zones de combat ». Cette Journée internationale a été instituée par l’Assemblée générale des Nations unies, dans une résolution proposée par le Royaume-Uni et le Costa Rica. La première Journée internationale de la paix a été célébrée le Mardi 21 septembre 1982.

Sainte Marie, Mère de Dieu

En ce jour Marie est honorée sous son vocable le plus prestigieux : Mère de Dieu. Cette appellation, en grec Théotokos (« qui a enfanté Dieu »), apparaît déjà « sous la plume d’Alexandre d’Alexandrie en 325, l’année du concile de Nicée ». Par contre son positionnement dans le temps de Noël date seulement de la réforme liturgique postconciliaire (Vatican II). Et ainsi, elle se fête le 1er janvier (jour de l’octave de la Nativité).

Pourtant jamais, titre marial ne fut si contesté et sujet à polémique. En bref, d’un côté se trouve Nestorius, patriarche de Constantinople dont la pensée peut se résumer en cette phrase : « Je refuse de voir un Dieu formé dans le sein d’une femme ! » Pour lui, Marie est la mère de l’homme Jésus, non du Verbe éternel.

Cyrille, évêque d’Alexandrie, ne peut supporter de telles affirmations car « ce qui est en jeu, ce n’est pas le statut de Marie, mais la réalité de l’Incarnation : Jésus fils de Marie est-il vraiment Dieu ? » Dès lors, si Jésus fils de Marie est vraiment Dieu, sa mère ne peut pas ne pas être dite Mère de Dieu. Refuser le titre de Theotokos (Mère de Dieu) à Marie c’est donc à séparer la divinité de l’humanité de Jésus, ou à admettre que la divinité de Jésus est postérieure à sa conception. Or le concile de Nicée et son symbole avaient déjà affirmé la parfaite union des deux natures, divine et humaine, dans le Christ.

Cette discussion théologique fut réglée en 431 au concile œcuménique réuni à Ephèse. Et Marie en ressort davantage parée de ses vertus. Loin des débats théologiques, le peuple chrétien avait pris l’habitude de donner à Marie le titre de Mère de Dieu : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous »

En ce jour prions intensément la Mère du « Prince de la Paix » pour que la paix règne véritablement dans notre monde et ne reste pas seulement un souhait du Nouvel an !

Père Aurel AVOCETIEN