dimanche 24 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > Pax Christi et (...)

Pax Christi et Justice et Paix : 3 objectifs du pape François

L’abolition de la peine de mort, l’amnistie de prisonniers et l’allègement de la dette sont trois objectifs indiqués par le pape François. Pour résoudre la « terrible guerre mondiale par morceaux » que vit l’humanité, il y a trois chemins à prendre : rencontrer et faire rencontrer les personnes, réconcilier les peuples entre eux, et favoriser la justice, rappelle le pape François.

Le pape François indique ne effet ces trois objectifs dans un message aux participants du congrès de Pax Christi international, organisé à Rome en collaboration avec le Conseil pontifical Justice et paix, sur le thème : « Pas de violence et une paix juste : favoriser la compréhension catholique et l’engagement à la non-violence », rapporte Radio Vatican. En cette année jubilaire, le pape invite les participants à soutenir deux appels : l’abolition de la peine de mort, là où celle-ci est encore en vigueur, et la possibilité d’une amnistie pour les prisonniers, et l’élimination ou la gestion durable de la dette internationale pour les Etats plus pauvres. Pour le pape François, dans un monde « complexe et violent », « la mission des artisans de paix, qui vivent l’expérience de la non-violence, est immense » : obtenir le « désarmement intégral », « combattre la peur », poursuivre un « dialogue ouvert et sincère », en cherchant « le bien commun ».

C’est, reconnaît le pape, « un travail ardu », qui suppose « prendre les devants, donner et recevoir », mais aussi un dialogue qui « part des différences de chacun en cherchant le bien commun » et, quand un accord est trouvé, tout faire pour « le faire tenir ». Le pape encourage les participants à « poursuivre leurs efforts » et à utiliser tous les « moyens positifs » dont ils disposent », pour tenter de répondre aux aspirations de justice et de paix des hommes d’aujourd’hui ». Le « sage effort » de la diplomatie doit être soutenu, estime-t-il, « par tous les moyens ».

Ceux qui fondèrent Pax Christi et le conseil pontifical Justice et Paix s’engagèrent à aider les personnes à se rencontrer, les peuples de différentes idéologies à se réconcilier, à lutter pour la justice politique sociale et économique. Et ces voies sont aujourd’hui celles qui doivent aider à résoudre la guerre mondiale « par morceaux » que vit l’humanité, souligne le pape. Il réaffirme deux concepts importants : « l’abolition de la guerre est l’objectif ultime, le plus digne de la personne et de la communauté humaine » ; « nier ou dissimuler les conflits » est inutile, il faut au contraire « les accepter pour ne pas se laisser prendre au piège et perdre la vision générale » des faits. C’est la seule voie possible pour trouver des solutions.

Mais, en tant que chrétiens, poursuit le pape, c’est en considérant « nos semblables comme des frères », et seulement comme ça, que nous saurons surmonter les guerres et toute conflictualité. Il invite à surmonter ce « mur d’indifférence » qui nuit à l’homme mais aussi à « l’environnement naturel, avec des conséquences néfastes », souligne le pape. Et il insiste : les efforts déployés pour mettre un terme à cette « triste réalité », n’auront de succès que si on « imite le Père », en nous montrant « capables de faire preuve de miséricorde », laquelle miséricorde, en politique, s’appelle « solidarité ».

Par Océane Le Gall Source : zenit.org