dimanche 22 octobre 2017



A c t u a l i t é s
samedi 21 octobre 2017
Le missionnaire n’est jamais seul et la (...)

lundi 16 octobre 2017
Le weekend des 07 et 08 octobre 2017 restera (...)

mardi 26 septembre 2017
Créée en 1932, la communauté catholique de Zian, (...)

jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)


En vrac !
mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > SPIRITUS LEGIS > Qu’est-ce qu’un (...)

Qu’est-ce qu’un sanctuaire ?

Le développement des sanctuaires dans nos diocèse nous conseille de clarifier leurs contours canoniques. Parfois, ils tentent de devenir refuge de fidèles qui désertent la vie de paroisse se confondant ainsi aux paroisses.

Les normes sur les sanctuaires se trouvent dans le Livre IV sur la fonction de sanctification de l’Eglise et plus précisément au chapitre 3 de la quatrième partie du livre consacrée aux lieux et temps sacrés. Juridiquement, le sanctuaire est défini comme « une église ou un autre lieu sacré où les fidèles se rendent nombreux en pèlerinage pour un motif particulier de piété avec l’approbation de l’Ordinaire du lieu » (c. 1230). Ces trois éléments (un lieu sacré ou une église, l’affluence des fidèles et l’approbation de l’Ordinaire du lieu) doivent se réunir pour qu’on parle de sanctuaire. Le motif particulier de l’affluence ou de dévotion spéciale des fidèles peut être la vénération de reliques ou d’une image sacrée à laquelle les fidèles attachent une importance particulière. L’approbation de l’ordinaire du lieu est de l’ordre prudentiel. Elle intervient après une longue expérimentation et une profonde appréciation des faits. Sans cette autorisation, nous ne pouvons pas parler de sanctuaire au sens juridique. Nous avons plusieurs types de sanctuaires : les sanctuaires diocésains créés avec l’approbation de l’évêque diocésain (comme les sanctuaires Christ Rédempteur de l’Homme à Parakou ou Maria-Tokpa à Porto-Novo) ; les sanctuaires nationaux (Dassa-Zoumè) avec celle de la Conférence des Evêques et les sanctuaires internationaux (Lourdes, Pompei, Lorette) avec celle du Saint Siège. Dans les sanctuaires, les activités doivent viser le salut des âmes. On y offre des moyens de sanctification et de salut : l’annonce de la Parole de Dieu ; les célébrations liturgiques surtout pour la célébration de l’Eucharistie et de la pénitence, les pratiques éprouvées de piété populaire (c. 1234). Ce canon ne parle pas des autres sacrements car les sanctuaires ne sont pas des paroisses et ils ne doivent pas rompre ou être en concurrence avec les paroisses. En d’autres termes, on est fidèle d’une paroisse et non fidèle d’un sanctuaire. Mais les chrétiens peuvent être fidèles à un sanctuaire car ils le fréquentent souvent. Pour éviter tout conflit et confusion entre les sanctuaires et les paroisses, il importe que ces aient des statuts qui définissent clairement leurs buts, l’autorité du recteur, la propriété et l’administration des biens (c. 1232 § 2). Les sanctuaires sont des lieux de conversion, de pénitence et de réconciliation avec Dieu pour le salut. S’ils perdent cette finalité pour d’autres intentions non avouées, ils n’ont plus leur raison d’être. Nos sanctuaires doivent se doter aussi de statuts pour atteindre leur objectif et les dévotions qui s’y pratiquent seront éprouvées pour éviter déviations et tous abus. D’où la vigilance des recteurs des sanctuaires pour que tout se passe selon la foi et la doctrine de l’Eglise catholique. Que l’on évite aussi de transformer les sanctuaires en paroisse. A ce propos, l’ordinaire du lieu a un grand rôle à jouer car les paroisses sont les structures ou divisions obligatoires des diocèses (c. 374 §1) et non les sanctuaires. Les fidèles doivent certes nourrir leur vie spirituelle en allant prier dans les sanctuaires. Mais ils ne doivent pas fuir la vie communautaire de la paroisse pour se réfugier dans les sanctuaires.