vendredi 22 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > SPIRITUS LEGIS > QUELLES AUTRES (...)

QUELLES AUTRES RESPONSABILITES DU CURE DE PAROISSE ?

Elles sont énumérées au canon 529. Le curé doit faire un effort pour connaître ses fidèles qui, le plus souvent, le reconnaissent où qu’il se trouve. Il s’agit vraiment d’un effort ou exercice à faire surtout quand le curé se trouve dans une grande paroisse ou de ville. A cet effet, « il visitera les familles, prenant part aux soucis des fidèles, surtout à leurs inquiétudes et à leurs deuils, en les soutenant dans le Seigneur, et en les reprenant également avec prudence s’ils venaient à faillir en quelque manière ».

Dans certains pays comme l’Italie, la bénédiction des familles au temps de l’Avent ou de Carême constitue un des moyens privilégiés pour connaitre les familles.

Le curé doit avoir un amour particulier pour les malades, les mourants qu’il recommandera au Seigneur et réconfortera de toutes manières. D’où la nécessité ou même l’obligation pour le curé de connaitre les malades de sa juridiction et surtout de leur porter régulièrement la communion.

Le curé de paroisse « entourera d’une attention spéciale les pauvres, les affligés, les isolés, les exilés, ainsi que ceux qui sont aux prises avec des difficultés particulières ». Certes aujourd’hui, il est parfois difficile de distinguer les vrais pauvres des faux pauvres. C’est la pastorale des « anawim ». Mais le curé doit savoir discerner et se laisser guider par sa conscience chrétienne et le sensus fidei.

La pastorale de la famille doit aussi s’intégrer dans les tâches du curé de paroisse : « il s’appliquera encore à soutenir les époux et les parents dans l’accomplissement de leurs devoirs propres et favorisera le développement de la vie chrétienne en famille ».

Pour l’efficacité du travail, le curé ne se considère pas comme celui qui connait tout ou sait tout faire. L’humilité et la vérité lui feront reconnaitre aussi les talents des laïcs qu’il associera à la tache (c. 228 § 2).

Le curé de paroisse doit promouvoir toutes les associations de la paroisse sans acception d’aucune ou sans en privilégier une comme sienne.

Il collaborera avec son évêque, avec les autres prêtres du diocèse et les autres communautés. Il développera chez les fidèles le sens de la communion ecclésiale, tant au niveau paroissial, diocésain qu’universel. C’est pourquoi, en y participant lui-même, il invitera les fidèles à prendre part aux rencontres, manifestations diocésaines ou nationale ou universelles. Ce manifeste du curé, nous pouvons l’appeler « pasto-contact ». Il configure le prêtre au Christ Pasteur.

Père Jacques M. AGOSSOU.