mardi 19 septembre 2017



A c t u a l i t é s
jeudi 7 septembre 2017
Le rêve devient une réalité. Les 270 prêtres de (...)

mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Notre Eglise > 110 Mgr Aristide > Sous la conduite de

Sous la conduite de l’Esprit Saint, allons aux urnes

Bientôt aux urnes sous la conduite de l’Esprit Saint L’imminence des élections présidentielles mobilise la classe politique béninoise mais c’est tout le peuple béninois qui aspire à voter dans la paix et la sérénité. Voter est un devoir civique qui mérite d’être accompli librement et en toute conscience. C’est un tournant décisif qui se dessine une fois de plus dans l’histoire du peuple béninois. En effet depuis l’avènement de l’historique Conférence Nationale des Forces Vives de la Nation en février 1990, le Bénin a toujours su attirer l’attention bienveillante des uns et des autres en matière d’élections pour des mandats déterminés. Notre beau pays a toujours su inventer et trouver le profil de son président de la République. Le choix d’un candidat n’est pas d’abord une œuvre humaine. L’histoire sainte nous révèle que c’est Dieu qui appelle et confie une mission. L’élection des Rois d’Israël et leur consécration par Dieu lui-même montre à quel point l’élu de Dieu constitue la prunelle de ses yeux. Le choix de Dieu trouve son ultime accomplissement en Jésus Christ. L’exercice du pouvoir de la royauté par l’Elu de Dieu est synonyme de service. Jésus est Roi en servant. La grandeur de Dieu se vit dans l’humilité, le don de soi et la donation de sa vie. Fort heureusement, cette année de grâce, celle du Jubilé de la Miséricorde Divine nous permet de redécouvrir davantage comment l’autorité est service. Jésus le Roi est venu dans le monde pour servir les hommes à travers les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Jésus a nourri les foules. Il a rassasié de pain les affamés. Il a libéré l’homme de la peur et des prisons. Il a guéri les malades. Il a ouvert les yeux des aveugles. Il a fait parler les muets, Il a fait entendre les sourds. Il a libéré l’homme de l’ignorance en instruisant des foules entières. En un mot, le Roi des Rois s’est mis au service de l’homme quel qu’il soit. Voter en cette année du Jubilé de la Miséricorde, n’est donc pas un fruit du hasard. C’est opter pour l’expression concrète et la promotion des œuvres de miséricorde. Voter dans l’esprit du Jubilé de la Miséricorde c’est faire porter son choix sur celui qui promouvra les œuvres de miséricorde dans l’esprit du témoignage unique donné par Jésus lui-même. Nul ne saurait en aucun cas porter atteinte à la liberté de conscience car c’est un droit inaliénable et inaltérable que Dieu a donné à l’homme dès l’origine. En tant que pasteur des âmes il s’agit pour moi d’aider les Béninois et Béninoises en âge de voter, les hommes et les femmes de bonne volonté à accomplir leur devoir de citoyen en toute conscience et en toute honnêteté. Nous sommes tous appelés aux urnes pour choisir le prochain Président de la République dont il faut définir le profil. Les supputations et les conjectures vont bon train. Le Président de la République étant le premier des Béninois, il va de soi que celui qui postule à ce poste doit être bien connu pour son amour du prochain, son patriotisme, son intégrité, son humilité, son ouverture d’esprit, sa culture, son sens du devoir et de la parole donnée, son respect du bien commun et de la Constitution dans laquelle il est stipulé à juste titre : « Le président de la République est le Chef de l’Etat. Il est l’élu de la Nation et incarne l’unité nationale. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité territoriale et du respect de la Constitution, des traités et accords internationaux. » (Cf. Constitution de la République du Bénin, Titre III, Art. 41). Que nous reste-t-il maintenant sinon prendre notre courage à deux mains, travailler avec les genoux en invoquant l’Esprit du Seigneur, l’Esprit de conseil et de discernement aussi bien sur les candidats que les électeurs ! C’est à ce prix que nous pourrons discerner et choisir celui que le Seigneur appelle à présider aux destinées de notre pays. Aussi voudrais-je me faire l’écho et une des voix autorisées de la Conférence Episcopale du Bénin dans sa lettre pastorale intitulée « Sous le regard de Dieu, Election présidentielle 2016 » datant du 15 janvier 2016. C’est sur les critères d’élection proposés par les évêques du Bénin que j’achève mon exhortation. Alors tous aux urnes et que Dieu vous bénisse ! Pour qui voter ? Pour le candidat ou la candidate dont on apprécie les qualités, capacités et compétences personnelles. Il ou elle devrait présenter généralement les critères suivants : • Avoir la crainte de Dieu et le respect du sacré ; • Avoir le sens de l’écoute et l’aptitude à travailler en équipe ; l’ouverture d’esprit, la disponibilité, le courage ; • Avoir le sens de responsabilité ; • Avoir la capacité de veiller à la saine application des lois, à respecter le principe de la séparation des pouvoirs ; • Avoir la capacité d’une bonne gestion sociale des biens publics et de la stabilité du contrat social global ; • Avoir la garantie d’une culture politique solide, une expérience avérée dans le domaine politique, et de leadership ; • Avoir une connaissance suffisante des réalités du Pays (géographique, historique et socio-anthropologique) ; • Avoir une compétence professionnelle avérée ; • Avoir le sens du patriotisme et de l’unité nationale (grande capacité à être au service des autres dans leur diversité) ; • Avoir un niveau intellectuel appréciable ; • Avoir une capacité physique rassurante et un équilibre mental ; • Être une personne de conviction, honnête, de bonne moralité ; digne de confiance ; • Être rassembleur, charismatique, clairvoyant, efficace et visionnaire pour le Pays ; • Être épris de justice et de paix.

+ Aristide GONSALLO Evêque de Porto-Novo