jeudi 19 avril 2018



A c t u a l i t é s
vendredi 6 avril 2018
« Gaudete et exsultate », « Réjouissez-vous et (...)

mercredi 28 mars 2018
Si la fête de Pâques a un sens religieux pour (...)

mercredi 28 mars 2018
Nos seigneurs Aristide GONSALLO et Roger (...)

vendredi 23 mars 2018
« Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Actualités > TEMPS DE L’AVENT (...)

TEMPS DE L’AVENT : TEMPS DE SILENCE MEDITATIF POUR LES PRÊTRES DE PORTO-NOVO

Le presbyterium de Porto-Novo a vécu à la Sainte Croix de Gbodjè une journée de récollection pour le temps de l’Avent, ce jour 29 novembre 2011.

| | | ‘’Dans l’attente de la naissance de Jésus, Marie conservait avec soins toutes ces choses et les méditait dans cœur’’ (Lc 2,19)’’ voilà le thème qui a regroupé le clergé de Porto-Novo au sanctuaire Sainte Croix de gbodjè ce mardi 29 novembre 2011 pour une journée de récollection du temps de l’Avent, temps de grâce et d’espérance qui fait lever les yeux vers l’avenir.

C’est le père Hippolyte SAGBO curé de la paroisse Sainte Claire de Pobè qui, dans une pédagogie hors classe, nous a fait entrer dans les détails du thème de la récollection. Son objectif est d’amener les pères, pendant ce temps de réconciliation, à apprendre de Marie comment se préparer aux grandes révélations, comment les accueillir pour mieux les vivre. A l’école de Marie, trois grandes attitudes s’imposent :

D’abord, apprendre de la Mère de Dieu comment retenir les évènements dans le silence. Marie à l’annonce de l’ange Gabriel, vivait déjà en présence, et la présence de Dieu. Patronne de la vie intérieure, Marie dans le silence de l’Esprit Saint a vécu une relation intime avec Jésus en nous ouvrant ainsi à son école de silence : tous les prêtres doivent s’y inscrire.

Ensuite, à l’instar de Marie, le silence en nous et autour de nous permettra aux prêtres de mieux contempler dans la méditation quotidienne de la Parole de Dieu, les signes du Créateur et les appels de sa grâce. Contempler, c’est chercher Dieu et les choses de Dieu avec Dieu Trinitaire dans l’attitude méditative de Marie.

Enfin, en imitant la Mère du Sauveur, ce silence méditatif ouvrira aux intendants des mystères de Dieu, l’au-delà des choses. Cette ouverture, c’est l’expression singulière de notre liberté. Avec le fiat de Marie, ses fiançailles avec Joseph passent au second plan. Sa beauté du corps passe à la beauté de l’âme caractérisée par son humilité, sa simplicité, son ouverture à la volonté de Dieu. Marie, extraordinairement ordinaire invite les prêtres de Porto-Novo à son école pour apprendre à mieux vivre ce temps de l’avent dans le silence et dans la méditation afin d’appréhender les mystères de l’Incarnation. Souhaitons que ce temps de l’avent, pour le clergé de Porto-Novo, repose sur la méditation quotidienne de la Parole de Dieu et le chapelet.

A la suite de cet enseignement concis et précis une pause méditative a été marquée peu avant la messe. Très tôt, certains pères se sont fondus en méditation sur les propositions des pères synodaux portant sur la réconciliation. Retenons ceci : un cœur qui médite est confiant.

La grande réconciliation à méditer, est celle qui a convoquée les pères autour de la table eucharistique pour vivre la communion avec Jésus.

Dans son homélie, le père prédicateur, en s’appuyant sur la finale de l’Evangile du jour, ‘’ heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car je vous le déclare, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu’’, met les pères concélébrants en garde : notre identité (prêtre) n’est pas une garantie pour bénéficier des bienfaits de Dieu.

Il nous faut une intimité permanente avec Dieu ; il nous faut avoir les yeux de cœur et les oreilles de l’âme pour voir et entendre le Seigneur ; apprendre à se retourner au Seigneur dans l’humilité, le silence et la méditation, précisait-il.

Après le repas collectif et fraternel autour d’un même met, le reste du temps, par certains, est occupé par l’adoration devant le Saint Sacrement exposé dans la chapelle de la Résurrection du Sanctuaire.

D’autres ont choisi, entre confrères partager les expériences pastorales au service de la Réconciliation, de la Justice et de la Paix. A 16h, les vêpres suivies la bénédiction du Saint Sacrement ont mis fin à cette journée de la recollection. Chacun est rentré renouvelé pour aider leurs ouailles à se rendre disponible pour accueillir l’Emmanuel : Dieu avec nous.

Père Georges Willibrord GAYET