mardi 14 août 2018



A c t u a l i t é s
samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)

dimanche 3 juin 2018
Pèlerinage du clergé de Porto-Novo à Gbékandji


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > TOUTE L’ANNEE > PÂQUES et TEMPS > TRIDUUM PASCAL

TRIDUUM PASCAL

Si la fête de Pâques a un sens religieux pour les religions chrétienne et juive, Pâques est aussi une fête païenne. Ainsi donc, avant d’être fête juive puis chrétienne, Pâques est d’abord, il faut le savoir, une fête païenne. Elle annonçait alors l’éveil du printemps, l’éveil de la vie, le retour du beau temps après les longs mois d’hiver pendant lesquels tout semble mort. Il y a très longtemps, probablement à la préhistoire, une fête avait lieu au moment de la pleine lune du printemps. Depuis près de 3000 ans, ce moment de l’année est devenue la fête de la Pâque.

Pâque, selon la tradition juive

La vraie Pâque (sans "s") est une fête juive célébrée le 14ème jour du premier mois du calendrier juif. Les ancêtres du peuple juif étaient esclaves des pharaons d’Égypte. Sous l’influence de Moïse dont le nom signifié « sauvé des eaux », ils s’organisèrent et s’enfuirent. Cette libération, appelée l’Exode, est depuis lors célébrée par les Juifs chaque printemps. Les Juifs ne disent pas pâques mais "Pessah". Pour eux Chez les Juifs, Pâques est donc une fête religieuse qui commémore le passage de la Mer Rouge.

Pâques, selon la religion chrétienne

La fête chrétienne de Pâques est destinée à rappeler le souvenir de la résurrection de Jésus-Christ. Durant les premiers temps de la chrétienté, le calendrier utilisé pour fixer la date de Pâques était le calendrier juif ou babylonien. Les Églises d’orient célébraient Pâques le dernier jour avant la pleine lune qui suit l’équinoxe de printemps (14 Nissan) commémorant ainsi la mort de Jésus. La résurrection de Jésus survint le 16 Nissan, en même temps que Pessah, la Pâques juive. Voilà tout simplement pourquoi le jour de la résurrection du Christ est appelé Pâques.

Contrairement à Noël qui est fixe (25 décembre) comme certaines autres fêtes chrétiennes, Pâques est une fête mobile qui se célèbre entre le 22 mars au plus tôt et le 25 avril au plus tard.

Le Triduum pascal

Elle est précédée du Triduum pascal : jeudi, vendredi et samedi saints. Les chrétiens sont invités à vivre ces trois jours dans leur totale unité. Car l’un ne peut être dissocié de l’autre. Leur unité doit être sauvegardée dans la célébration et vécue comme tel.

Le jeudi saint, dans la matinée ou déjà parfois et dans certains diocèse le mercredi, a lieu la messe Chrismale. Comme son nom l’indique (chrême), au cours de cette messe, l’évêque du diocèse entouré de son presbyterium et des fidèles, célèbre une grand-messe au cours de la quelle trois différents types d’huile sont consacrée : l’huile des catéchumènes, l’huile des malades et le saint chrême. Ce sont ces huiles qui serviront jusqu’à une prochaine Pâques exclusivement.

Le jeudi saint au coucher du soleil, se célèbre la sainte Cène. Elle commémore le dernier repas de Jésus avec ses apôtres avant de se livré à la mort. Au cours de ce dernier repas il a lavé les pieds à ses apôtres. Il a institué l’eucharistie. « Prenez et mangé ; ceci est mon corps livré pour vous… Prenez et buvez ceci est la coupe de mon sang versé pour vous. » « Vous ferez cela en mémoire de moi. » Ce jour est aussi la fête du sacerdoce. Ce que Jésus a fait au cours de ce repas est assorti du nouveau commandement : « Aimez-vous les uns les autres ».

Le vendredi saint, l’Eglise vit le Passion du Seigneur. Elle commémore la mort et la mise au tombeau de Jésus dans l’espérance de la Résurrection. On peut retenir qu’il y a le chemin de croix, puis la célébration de la passion de notre Seigneur Jésus. Le premier peut s’insérer dans le second. On commence la célébration de la passion. Elle est entrecoupée par le chemin de croix qui est alors la lecture et la méditation de la passion selon l’évangile de saint Jean. Puis suivent la vénération de la croix et la communion. Rappelons qu’il n’y a pas de messe, de célébration eucharistique ce jour-là. La communion au corps du Christ se fait avec les saintes espèces qui restent après la messe du jeudi saint.

« Le Vendredi et le Samedi saints, selon une très ancienne tradition, l’Église ne célèbre pas l’Eucharistie. » C’est ce que nous dit explicitement le missel romain.

La célébration de la passion comporte trois parties :

    • • la liturgie de la Parole
    • • la vénération de la Croix
    • • la communion.

Le samedi saint. Il ne se passe rien. Ou plutôt si. C’est le grand silence du tombeau. C’est un jour de deuil, de solitude, de profond recueillement. Il n’y a aucune célébration. Jésus rejoint dans la mort tous les défunts passés, présents et à venir, leur apportant ainsi son salut. « L’Eglise demeure auprès du tombeau de son Seigneur. Elle médite la passion et la mort du Christ. » Cf. Missel romain. Mais dans l’obscurité luit déjà la lueur de Pâque...

Samedi soir, c’est la Vigile pascale... durant laquelle les chrétiens célèbrent la Résurrection du Christ. C’est une grande célébration durant laquelle on lit les textes de la Bible qui retracent l’histoire de l’Alliance de Dieu avec les hommes. C’est aussi durant cette nuit que sont célébrés les baptêmes des catéchumènes. Jésus est le premier homme à passer de la mort à la vie. Il inaugure une nouvelle vie. « Depuis les temps les plus reculés, cette nuit est « une veille en l’honneur du Seigneur » (Ex 12, 42). Elle est ordonnée de telle sorte que, selon la recommandation de l’évangile (Lc 12, 35 suiv.), les fidèles, tenant en main leurs flambeaux allumés, soient semblables à des hommes qui attendent leur maître, afin qu’à son retour il les trouve en train de veiller et les fasse asseoir à sa table. » Cf Missel romain.

JPEG - 48.2 ko
Pourquoi chercher parmi les morts celui qui est vivant ?

La Veillée pascale, comporte quatre grandes parties :

  • • La liturgie de la Parole.
  • • La liturgie baptismale.
  • • La liturgie eucharistique.

Ils sont finis, les jours de la passion, suivez maintenant les pas du Ressuscité : suivez-le désormais jusqu’à son Royaume où vous posséderez enfin la joie parfaite. Pendant 50 jours, l’Eglise entière résonne et fait résonner l’univers de ce mot : ALLELUIA qui signifie : « Louez Yahwe ! » « Louez le Seigneur ! »

Cinquante jours après Pâques, se célèbre la Pentecôte, la fête de la descente de l’Esprit Saint sur l’Eglise.