mardi 27 juin 2017

COMMUNIQUE :

Pour redynamiser l’évangélisation des enfants par les enfants sur nos différentes paroisses, son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, invite tous les mouvements d’enfants (MADEB, CHORALE DES ENFANTS, SAMUEL, ADS, SAINT ENFANT JESUS, SCOUT ENFANT, LECTEUR JUNIOR, LEGION DE MARIE JUNIOR etc…) à la 8ème édition des Journées Diocésaines de l’Enfance Missionnaire, les 27 et 28 Décembre 2016 sur la paroisse Saint Vincent de Tchaada.

Pour la réussite desdites journées et pour la participation massive de vos enfants, nous comptons, chers parents et chers Pères, sur votre aide et votre sensibilisation.

Le Coordonnateur diocésain de l’EM, Abbé Georges GAYET

Programme des dites journées

50 ans de la paroisse Sacré-Coeur :

En cette année Sainte de la Miséricorde, va se célébrer le jubilé d’or (50 ans) de création de la paroisse SACRE-CŒUR de Ouenlinda (Porto-Novo). A cet effet une grand-messe se célébrera le dimanche 05 Juin 2016 à 10H00, en la dite église. Elle sera présidée par son excellence, Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo.

Le reste du programme des manifestations

Concert de la Ressurection : 2016 :

Sous le parrainage de son Excellence Mgr Aristide GONSALLO, évêque de Porto-Novo, l’Aumônerie diocésaine des chorales des jeunes et la Coordination des chorales des jeunes de Porto-Novo

vous invitent à la 6ème édition du CONCERT DE LA RÉSURRECTION.

- Date : dimanches de Pâques, 27 mars 2016
- Heure : 16H00
- Lieu : Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo
- Entrée : libre et gratuite

Ce sont plus d’une quinzaine de chorales qui se succèderont.

MERCI DE LES SOUTENIR



A c t u a l i t é s
jeudi 15 juin 2017
Et consultations plus large pour les futurs (...)

dimanche 4 juin 2017
Se conclut aujourd’hui le temps de Pâques, (...)

mardi 30 mai 2017
C’est ce mardi de la 7ème semaine du temps de (...)

lundi 22 mai 2017
Le pape François présidera un consistoire pour (...)


En vrac !
mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, L’annonce à Zacharie (...)

mardi 20 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, Fils et filles (...)

jeudi 15 décembre 2016
Émerveillement pour tout ce que Dieu accomplit (...)

vendredi 9 décembre 2016
Frères et sœurs en Christ, En ce temps de (...)

mercredi 7 décembre 2016
Ni hypocrites ni rigides, ayant le sens de la (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > Synode sur la famill > Témoignage de Mme

Témoignage de Mme Jeannette Touré

Mme Jeannette Touré est une ivoirienne, mariée à un musulman depuis plus de 50 ans. Elle est invitée au synode. Elle témoigne.

Eminences, Excellences,

Révérends Pères, Révérendes Sœurs,

Chers amis Auditeurs de la 3ème Assemblée Générale Extraordinaire du Synode des Evêques,

C’est une évidence pour nous chrétiens de dire que c’est Dieu qui a conçu l’idée de la famille et qu’en le faisant, il nous a donné plusieurs principes dans sa parole concernant sa structure, ainsi que le rôle que doit jouer chaque membre. Il me paraît donc raisonnable de penser qu’II est le mieux placé pour nous montrer comment doivent fonctionner toutes les familles afin d’éviter les précipices qui les détruisent. Cependant, une question mérite de retenir notre attention.

Qu’est-ce que la famille, mieux, doit-on encore parler de la famille au singulier ?

La question mérite d’être posée quand on sait que de nos jours, la famille moderne est bousculée par l’augmentation des divorces, la chute des mariages, le nombre croissant des enfants nés hors mariage. Que dire, quand on voit tout autour de nous, l’extrême diversité des modèles familiaux : familles monoparentales, familles recomposées, familles à fidélités’ successives, familles éclatées, communautés’ de familles, familles homosexuelles... Est-ce bien cela la famille selon le cœur de Dieu ?

A la vérité, la famille telle que voulue et aimée de Dieu est la seule qui se doit : « homme et femme il les créa afin qu’ils fécondent la terre et soient heureux » Gn 1, 27. Et à ce titre, elle se doit d’être image et ressemblance de Dieu partout où elle se trouve. Elle doit être, pour son entourage, porteuse de la Bonne Nouvelle du Salut par son témoignage de’ vie. Pour nous, en tant que couple mixte, ce thème : "Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation" est d’autant plus important qu’il s’applique à notre réalité : comment un homme, un musulman et-une femme, une chrétienne catholique qui se sont aimés il y a de cela un peu plus de 52 ans, et qui continuent de s’aimer encore aujourd’hui, peuvent-ils être témoins de l’évangile pour leurs enfants, pour leur entourage, pour leurs amis, pour leurs différentes communautés religieuses ?

Notre contribution à ce thème voudrait être notre témoignage de vie : 52 années de vie commune dans la tolérance, le respect mutuel de nos croyances, dans le soutien l’un de l’autre, dans l’éducation chrétienne de nos enfants (qui sont tous baptisés à l’Eglise catholique et ce avec l’accord de mon époux), tout cela en accueillant les joies reçues du Seigneur et en gardant beaucoup d’espérance au cœur des difficultés. De cette union sont nés 5 enfants et 6 petits enfants à qui nous avons inculqué nos valeurs de respect de l’autre dans la différence et à qui nous avons donné la foi.

Merci à mon époux qui a accepté que nos enfants soient tous catholiques. Eux aussi à leur tour essayent d’être porteurs de la Bonne Nouvelle autour d’eux. La famille, particulièrement la famille africaine a le devoir de témoigner de sa foi dans son milieu de vie et dans son entourage. C’est aussi un défi quand on connaît le poids de nos traditions. Nos choix et nos décisions doivent aider notre entourage à mieux connaître, accepter et aimer Dieu.

En face des modèles pas toujours reluisants, il nous faut affirmer qu’il y a un optimal à rechercher pour le bonheur de tous et de chacun et que la famille étant le lieu d’une attente considérable, il en résulte, que notre monde a besoin de modèles sur le plan de la famille comme dans bien d’autres domaines. Devant donc toutes ces menaces qui pèsent lourdement sur la famille, il me paraît urgent, que les familles reviennent à leur mission à savoir que :

- La famille est le lieu où l’on peut être soi-même et, enlever son masque sans être jugé ; le lieu où l’on apprend à avoir confiance en soi grâce au regard admiratif et en même temps lucide que les parents portent sur leur progéniture. Elle est le lieu où l’on vit l’amour au quotidien, où l’on échappe à la solitude, où l’on apprend à partager, à s’épanouir pleinement.

- La famille est le lieu où la vie sociale s’apprend en douceur et où l’on fait l’apprentissage de la différence ; le lieu où l’on transmet les valeurs. C’est que la famille doit favoriser la communication entre ses membres, pour devenir le lieu où l’amour doit se dire et la tendresse paternelle, notamment, doit s’exprimer.

Vous le savez certainement, la construction d’une famille nécessite un engagement généreux des époux dans cette formidable aventure, un défi lancé au temps par la décision de vivre la fidélité, un pari fait sur l’amour sans regarder en arrière et en prenant les moyens de rester fidèle, en cessant de songer à son unique épanouissement et à son unique confort.

De même, vous remarquerez que les familles dont les contours sont imprécis, où chacun fait ce qu’il veut et pense d’abord à lui, ne vont pas très loin, tout comme les familles totalitaires, c’est-à-dire, ces familles qui prétendent se suffire à elles-mêmes.

A la vérité, il s’agit pour les familles aujourd’hui, de s’engager au service de la cité, d’entrer dans des associations, d’entrer en relation avec Dieu. Et c’est là tout le défi que nous avons à relever tous ensemble.

Je vous remercie.