mardi 12 décembre 2017



A c t u a l i t é s
mardi 5 décembre 2017
C’est au sanctuaire marial à Dassa que la (...)

mercredi 29 novembre 2017
« Rendez grâce au Seigneur, éternel est son (...)

mardi 21 novembre 2017
Le pape nomme un rapporteur et deux secrétaires

vendredi 3 novembre 2017
Après la rentrée pastorale au plan diocésain, (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Temps de l’avent

Temps de l’avent

Temps de l’Avent, temps de Miséricorde à l’école du Bienheureux Charles de Foucault Le précieux temps de l’Avent qui s’inaugure porte nécessairement la marque du Synode. Nous vivons l’attente du Sauveur dans un esprit de réconciliation, de justice et de paix. Avec ces trois mots, nous sommes dans le champ sémantique de la Miséricorde. Aussi, je vous propose une méditation autour du thème de la Miséricorde, en mettant l’accent sur le Sacrement de Réconciliation. Parmi les témoins de la Miséricorde, le Bienheureux Charles de Foucault qui fut prêtre et ermite au Sahara, illustre de façon lumineuse, les grâces du Sacrement de la Réconciliation. Charles de Foucault, militaire de carrière menait une vie frivole et dissipée, jusqu’a sa rencontre avec sa cousine Marie de Bondy, dont la foi le touche et l’intrigue : « Vous êtes heureuse de croire ; je cherche la lumière, et je ne la trouve pas. » lui dira t-il. Elle lui fait rencontrer son directeur spirituel, l’abbé Henri Huvelin. Le 17 octobre 1886, Charles de Foucault se rend à l’église Saint- Augustin, à Paris, où il sait qu’il trouvera l’abbé Huvelin au confessionnal, mais seulement dans l’intention de lui parler de son manque de foi. Or l’abbé, en guise de dialogue lui dit : « Mettez-vous à genoux, confessez-vous à Dieu : vous croirez. ». « Mais je ne suis pas venu pour cela. ».Pourtant, sur l’insistance du prêtre, Charles de Foucault se confesse, longuement, avec un vrai repentir de ses péchés. Pour la première fois depuis bien longtemps, Foucauld reçoit l’absolution de ses fautes. Le miracle s’opère. Il sait que Dieu existe. « Vous êtes à jeun ? » Lui demande l’abbé Huvelin. « Oui. » – « Allez communier. » Charles de Foucauld se dirige vers l’autel de la Sainte Vierge et reçoit l’Eucharistie. C’est alors que la grâce l’illumine enfin, et que Dieu prend possession de son âme. À l’instant même où la lumière lui est donnée, Charles de Foucauld sait de façon irrémédiable qu’il n’y aura plus jamais rien d’autre… La conversion de Charles de Foucault est le fruit des grâces du Sacrement de Réconciliation. Il sera Ordonné prêtre à 43 ans (1901), et après plusieurs missions, il choisit de partir vivre parmi les Touaregs du Hoggar. Là, il devient pour ceux qu’il nomme « les plus délaissés, les plus abandonnés », un « frère universel ».Simplement, en étant là, par une vie de justice, de paix et de réconciliation, avec un peuple à la foi et aux coutumes différentes. « Je voudrais être assez bon pour qu’on dise : « Si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ? ». Charles de Foucault c’est une vie charité, puisé à la miséricorde divine. C’est sans doute parce qu’il fut touché au coeur par la Miséricorde Divine, qu’il aura cet amour inconditionnel pour le Sacré Coeur, source de la Miséricorde…. Aujourd’hui la famille spirituelle du Bienheureux Charles de Foucault compte 20 groupes comprenant plus de 13.000 membres à travers le monde. Le Bienheureux Charles de Foucault n’a rien fait d’autre que de laisser agir Dieu à travers lui. Témoignant de sa rencontre avec la Miséricorde divine, Charles de Foucault s’est exclamé : « S’il y a de la joie dans le ciel à la vue d’un pécheur se convertissant, il y en a eu quand je suis entré dans ce confessionnal ! ». Laissons, nous aussi, le Seigneur agir dans nos vies et par nos vies, dans le sacrement de Réconciliation. OEuvrons pour devenir des bâtisseurs de la civilisation de l’amour. Mettons ce temps de l’Avent à profit pour nous préparer à recevoir Jésus. Laissons-nous séduire par l’humilité et la simplicité de notre Sauveur qui a choisi de naitre dans une crèche et présentons-lui nos crèches intérieures pour qu’il y dépose ses trésors de réconciliation, de justice et de paix.