jeudi 20 septembre 2018



A c t u a l i t é s
mercredi 5 septembre 2018
Le Dimanche 02 Septembre 2018la communauté (...)

samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > UNE FOI ARDENTE (...)

UNE FOI ARDENTE QUI BRULE SANS SE CONSUMER

L’abbé Hyacinthe AGBIHOUNKO : Une foi ardente qui brûle sans se consumer

Elle a sonné !... Oui, l’heure décisive et déchirante de la séparation a sonné ! Triste ! Lugubre ! Macabre !... Et les retentissements affligeants de ses échos répétés font peser sur nos cœurs endoloris et inconsolables le redoutable verdict du ’’destin’’ qui emporte irrévocablement dans ses vagues notre très cher Abbé Hyacinthe AGBIHOUNKO.

Profondément touché et scié de douleur, je n’en crois pas mes yeux ! Est-ce vrai que le Père Hyacinthe s’en est allé ? Ah, non ! Non, je ne voudrais pas y croire. Un doute vertigineux m’envahit de son brouillard épais dans lequel je pense plutôt vivre un cauchemar troublant ou une hallucination bouleversante, qui m’arrose de pleurs. La Raison s’est beau évertuer à me convaincre de la réalité de ce départ, mais cela me parait toujours chimérique voire hystérique . Et pourtant, c’est bien vrai d’autant plus que le pèlerinage terrestre de l’Abbé Hyacinthe a effectivement pris fin.

A l’Evêque d’Abomey et à toute la communauté diocésaine, à la Conférence épiscopale et à toute l’Eglise-Famille de DIEU au BENIN, aux familles éplorées et aux amis, j’exprime mes profonds sentiments de vives condoléances.

Et je rends surtout Grâce au Seigneur pour le Don Précieux que l’Abbé AGBIHOUNKO a été pour nous. Pour moi, il a été un Brillant professeur d’Ecritures Saintes au Grand Séminaire Saint-Gall de Ouidah. Il a été de cette exceptionnelle classe de formateurs qui savent conjuguer harmonieusement science, sagesse et spiritualité profondes. Homme de grand cœur, il a laissé des empreintes indélébiles dans les esprits de ses étudiants. Ses bonnes œuvres l’immortalisent.

J’étais allé lui rendre visite à l’Hôpital de Saint Padre Pio à San Giovanni Rotondo. J’avoue que j’étais très touché par son état de santé. J’ai méconnu l’homme, meurtri par la souffrance et défiguré par une maladie pernicieuse. Mais il était tellement heureux de ma visite. Il m’a rassuré qu’il se porte déjà mieux et que le traitement de Rotondo lui fait sentir une nette amélioration. Et ce qui m’a le plus fasciné, c’est que sa foi ardente a résisté aux intempéries de cette grave maladie ; sa confiance inébranlable au Seigneur, est demeurée intacte.

Vraiment, l’Abbé Hyacinthe AGBIHOUNKO est un modèle de foi, une foi éprouvée dans la fournaise de la souffrance, une Foi ardente qui brûle sans se consumer. Après ma visite, j’ai gardé le contact téléphonique avec lui. J’ai eu le dernier entretien téléphonique avec lui dans l’après-midi du 27 Mars. Nous avons bien échangé et il m’a de nouveau rassuré qu’il se sentait mieux. Je m’apprêtais à lui rendre une autre visite le 30 Mars, mais, entre temps, l’heure du Seigneur a sonné et DIEU lui a rendu visite la veille, le 29 mars.

Le Père AGBIHOUNKO a été une perle de valeur rare dont le témoignage de vie demeure un repère pour ceux qui l’ont connu. J’aurais souhaité qu’il poursuive sa mission ici, mais hélas, le Seigneur en a décidé autrement. ’’Le Seigneur a donné. Le Seigneur a repris. Que le Nom du Seigneur soit Béni !’’. ’’Tout est Grace’’ !. "Qui peut connaitre les pensées du Seigneur" ? ’’Ses desseins sont impénétrables...’’

En face de cette situation, l’unique remède aux troubles de notre cœur, réside dans la Foi. Car, ce qui peut ici apporter une réponse à nos anxiétés, en nous fournissant une lumière sur le mystère de la mort ; ce qui peut nous montrer avec certitude, et malgré les suggestions contraires, que l’attitude de DIEU à notre égard reste toujours une attitude d’insondable Amour ; ce qui peut enfin nous rassurer que vouloir ce que DIEU veut, est la seule science qui procure la paix du cœur, c’est seulement un regard de foi qui se tourne vers le Christ en Croix. Alors, dans cette optique, nous déposons nos douleurs au pied de la Croix comme une offrande, et au nom de notre Foi en Jésus-Christ, nous espérons que la vie de notre très cher Abbé Hyacinthe luira au delà des ténèbres de la mort. Oui, la vie de l’Abbé AGBIHOUNKO a plu à DIEU ! Le Seigneur a senti l’agréable parfum de ses vertus. C’est pourquoi il l’a rappelé auprès de Lui pour le couronner de la gloire des élus. Du Ciel, il continuera son œuvre de façon plus éclatante encore, car son intercession obtiendra pour tous et pour chacun d’immenses grâces.

Mes prières l’accompagnent.

Très Cher Abbé Hyacinthe, Va et repose en paix ! A DIEU !

Saint Hyacinthe, Prie pour nous ! Paix et Joie !

Abbé Bertin Adéniran FATOUMBI

Rome / ITALIE