mardi 17 juillet 2018



A c t u a l i t é s
samedi 30 juin 2018
La sœur Elisabeth Etèdjihounkpé TOSSE, le (...)

vendredi 22 juin 2018
Ce mardi 19 juin 2018, les populations (...)

vendredi 15 juin 2018
Son Excellence Monseigneur Aristide GONSALLO (...)

dimanche 3 juin 2018
Pèlerinage du clergé de Porto-Novo à Gbékandji


En vrac !
dimanche 3 juin 2018
Je me surprends à rêver ce matin ! Paraphrasant (...)

mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > Autres articles > Un Pape qui a déjoué

Un Pape qui a déjoué tous les pronostics

Un conclave court, cinq tours de scrutin et la surprise générale. L’élu qui se présente à la Loggia de la Basilique Saint-Pierre déjoue tous les pronostics. Premier Pape américain, premier pape jésuite, premier pape à choisir le nom de François. Ses premiers gestes et ses premières paroles sont déjà un programme : il se présente avant tout comme l’évêque de Rome qui salue le peuple de Rome, un retour aux origines et à l’essence même du ministère pétrinien ; mais surtout il prie avec simplicité et parvient à obtenir le silence d’une foule immense à perte de vue.

Après avoir longuement discuté de l’avenir de l’Eglise, des défis qui attendent le nouveau pape, suscitant l’effervescence médiatique et une curiosité planétaire les cardinaux ont finalement opté pour un homme connu pour sa simplicité et son humilité, un homme au service de l’Eglise universelle, loin des luttes de pouvoir. Ils ont montré que les critères dans l’Eglise n’étaient pas ceux qui gouvernent le monde.

Treize jours après la fin du pontificat de Benoît XVI, c’est un homme de 76 ans qui prend la relève, réservé, austère et sensible aux questions sociales. Il incarne une Eglise qui sait aller à la rencontre des hommes, là où ils vivent pour annoncer l’Evangile. Car pour lui, la foi n’est pas un bien que l’on possède ; c’est une mission. Il y a quelque mois, il avait reconnu que l’Eglise a des défauts, des péchés, mais - ajoutait-il - on oublie trop souvent sa sainteté.