jeudi 19 avril 2018



A c t u a l i t é s
vendredi 6 avril 2018
« Gaudete et exsultate », « Réjouissez-vous et (...)

mercredi 28 mars 2018
Si la fête de Pâques a un sens religieux pour (...)

mercredi 28 mars 2018
Nos seigneurs Aristide GONSALLO et Roger (...)

vendredi 23 mars 2018
« Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé (...)


En vrac !
mercredi 22 novembre 2017
Dans l’eucharistie, le Christ « communique » (...)

vendredi 17 novembre 2017
C’est la seconde catéchèse sur la messe

mardi 17 octobre 2017
Monsieur le Directeur Général, Mesdames et (...)

mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > SPIRITUS LEGIS > Un polygame peut-il

Un polygame peut-il célébrer le mariage canonique ? ?

Le temps de carême est celui où plusieurs adultes cherchent à régulariser leur situation matrimoniale. Parmi eux se trouvent parfois sinon souvent des polygames non baptisés et même baptisés. Le présent article prend en compte le cas des polygames non baptisés ayant plus d’une femmes non baptisées.

Ce sujet est un véritable casse-tête dans la pastorale matrimoniale, surtout en ce temps de carême où les adultes sont "sacramentalisés" ou retournent à la Table sainte. Le canon 1148 considère le cas d’un polygame non baptisé qui reçoit le baptême dans l’Église Catholique mais qui a simultanément et non successivement plusieurs femmes non baptisées. Il aurait successivement les femmes, si c’est après avoir renvoyé une qu’il épouse une autre. La réception du baptême lui impose de ne garder comme légitime qu’une seule femme. Selon la loi, il ne devrait garder que la première en tant que vraie femme, les autres étant considérées comme des concubines. Mais s’il lui est dur de garder la première femme, il peut choisir une autre comme légitime, ceteris dimissis, c’est-à-dire, après avoir renvoyé ou éloigné les autres femmes. L’abandon des autres femmes est toujours nécessaire mais pas au sens matériel du terme. Elles peuvent continuer à vivre avec la partie baptisée pourvu qu’on soit certain qu’ils ne vivent plus more uxorio, c’est-à-dire comme mari et femme. Mais il faut écarter tout danger de scandale et de péché. C’est pourquoi, ordinairement chez nous, on demande que l’homme polygame qui veut recevoir le baptême se sépare matériellement ou physiquement des autres femmes. Parfois il faut tenir compte de l’état physique, moral des femmes en question pour décider de leur éloignement ou non. C’est pourquoi, une analyse des cas en présence s’impose. Ce qui est dit de l’homme polygame vaut aussi pour la femme polyandrique qui aurait simultanément plusieurs maris non baptisés. Le canon 1148 § 2 prescrit que le polygame qui reçoit le baptême est tenu à la forme canonique. A l’égard des autres femmes s’imposent des devoirs de justice et de charité chrétienne (c. 1148 § 3). Pour ces femmes, le polygame baptisé doit par exemple prévoir la pension alimentaire et prendre en charge les enfants issus de ces unions. Deux cas de figure pourraient se présenter : parmi ses nombreuses femmes, il pourrait se trouver une baptisée ; ou bien le polygame baptisé peut vouloir carrément se marier avec une autre femme qui ne soit pas de sa « cour ». Que faire ? Nous souhaitons que les cas de mariage ou de la "sacramentalisation" des adultes et surtout des polygames soient bien étudiés, analysés pour éviter éventuellement des erreurs surtout qu’il y en a qui parfois ne disent pas toujours la vérité sur leur situation matrimoniale. La résolution de ces cas peut se faire en dehors du temps de carême ou des sacrements donnés durant la veillée pascale.

Père Jacques M. AGOSSOU Canoniste