mercredi 23 août 2017



A c t u a l i t é s
mardi 22 août 2017
Le mardi 22 août 2017, en la mémoire de la (...)

mercredi 2 août 2017
Après un temps d’hivernage d’environ trois ans (...)

jeudi 20 juillet 2017
Le Collège Catholique Notre Dame de Lourdes de (...)

vendredi 14 juillet 2017
Gangban, arrondissement de la commune d’Adjohoun.


En vrac !
mercredi 9 août 2017
L’euthanasie est le « meurtre délibéré moralement

vendredi 4 août 2017
Le pape François invite les religions à « prier (...)

mercredi 2 août 2017
Radio Vatican en français salue le 100e (...)

lundi 31 juillet 2017
A l’occasion de la « Journée mondiale de la (...)

lundi 31 juillet 2017
L’engagement de l’Eglise pour la promotion des (...)

mercredi 14 juin 2017
N’aimons pas en paroles, mais par des actes (...)

mardi 21 février 2017
Ils étaient tous au rendez-vous, les mouvements et

jeudi 2 février 2017
Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans les (...)

lundi 2 janvier 2017
Cher frère, Aujourd’hui, jour des Saints (...)

dimanche 25 décembre 2016
« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le (...)


V a c a n c e s
vendredi 11 juillet 2014
La communauté des sœurs Salésiennes Missionnaires de

jeudi 27 juin 2013
Pour marquer l’Année de la foi, l’aumônerie (...)

Aller à : Accueil du site > DOUBLE JUBILE > Vendredi de la (...)

Vendredi de la 2ème Semaine de Carême

VENDREDI II

Textes du jour :
- 1ère lecture : Gn 37, 3-4.12-13a.17b-28
- Psaume : 104, 4a.5a.6, 16-17, 18-19, 20-21
- Évangile : Mt 21, 33-43.45-46

Thème du jour :Miséricorde et Fraternité.

Parole du jour :Quel profil aurions-nous à tuer notre frère et à dissimuler sa mort ? Gn 37

Méditation : « Je vous dis de ne pas tenir tête au méchant ». Conseil difficile à suivre. Il se heurte en nous à un instinct puissant : ne pas se laisser faire, se venger. Jésus nous dit : non, essaie de devenir un non-violent. Qu’est-ce que cela signifie exactement ? On peut ne pas tenir tête au méchant par lâcheté, par résignation, pour ne pas avoir d’histoires. La non-violence, c’est autre chose : une étonnante et exigeante forme de combat pour rester coûte que coûte dans notre décision d’aimer, et pour aider l’adversaire à revenir dans l’amour. Amour pour le Christ. On veut imiter sa totale liberté dans une situation où on risque de la perdre en se laissant mener par la violence d’un autre : non, tu ne feras pas de moi un violent parce que même là j’aime assez le Christ pour rester calme.

Amour pour le frère méchant. On ne reste pas calme par dignité, simple maîtrise de soi ou peut être par mépris pour le violent. On veut rester aimant sous le choc de la violence ou de la menace pour essayer de gagner un frère au lieu de le laisser s’enfoncer un peu plus dans l’injustice et la méchanceté.

La non-violence conquiert trois richesses. Notre propre progrès en amour. Peut-être la conversion de notre frère. Et sûrement la création d’une ambiance plus fraternelle. La riposte engendre la spirale de la violence en nous-mêmes et autour de nous.

Mais la non-violence est une attitude héroïque qui exige beaucoup de lucidité et de force tranquille. Elle cherche pourquoi l’agresseur agit ainsi et comment on pourrait l’amener à changer. Souffleté, Jésus n’a pas tendu son autre joue, il a offert son calme et son amour. (Jn18,23) André Sève

Petite décision : Soutenir un frère victime de jalousie au travail.