COMMUNAUTÉ DE L’EMMANUEL AU BÉNIN

Un nouveau couple responsable
1
120

Après huit années bien remplies Monsieur et Madame Mariano et Gislaine OGOUTOLOU sont arrivés au terme de leur mandat de responsables de la Communauté de l’Emmanuel au Bénin. Le dimanche 5 octobre 2019, le Modérateur Général de la dite communauté les a chaleureusement et fraternellement remerciés pour tout le travail accompli et pour toute l’énergie déployée dans cette mission au service de leurs frères et sœurs. Pour leur succéder, le Bureau Afrique de la Communauté de l’Emmanuel, après validation du Conseil International a choisi Monsieur et Madame Ludovic et Madeline AÏKPE comme nouveaux responsables au Bénin.

La Communauté de l’Emmanuel est en effet née dans l’élan du renouveau de l’Église Catholique de la fin du XXe siècle. Elle a démarré par une assemblée de prière à Paris et a grandi rapidement en France et dans le monde. En 1992, la Communauté a été reconnue par le Saint Siège. Comme Association Publique de Fidèles, elle rassemble des prêtres, des consacrés, des familles et des célibataires qui témoignent de l’ecclésiologie de communion encouragée par le Concile Vatican II. Cet appel à vivre la complémentarité des états de vie pour la nouvelle évangélisation a conduit la Congrégation pour le Clergé à ériger, en 2017, l’Association Cléricale de la Communauté de l’Emmanuel (rassemblant les prêtres et les diacres), indissolublement liée à l’Association de Fidèles.

Aujourd’hui, la communauté est présente dans 60 pays. Elle touche chaque année à travers ses activités apostoliques plusieurs centaines de milliers de personnes. Elle compte au monde 11500 membres dont :   275 prêtres et une centaine de séminaristes ;  225 hommes et femmes consacrés dans le célibat ; 10 évêques issus de la communauté et plusieurs laïcs jeunes, couples, célibataires ou parents seuls qui vivent ensemble les charismes de l’adoration, la compassion et l’évangélisation.

Au Bénin, elle rassemble plus de 200 membres répartis dans les diocèses de Porto-Novo, de Cotonou et de Parakou. A Porto-Novo, dans la paroisse Saint André de Banigbé, elle réalise un énorme projet de compassion et d’évangélisation à travers lferme agro-écologique la Providence qui est un lieu de formation et de culture de l’Artemisia ainsi que la mise en place de l’école primaire Laudato Si. L’Église a ouvert les procès de canonisation de Pierre Goursat, fondateur de la Communauté, et de Cyprien et Daphrose Rugamba, couple martyr au Rwanda.

Abbé Giresse MUYA,

vicaire à la paroisse Saint André, membre de la communauté

 

1 comment

Leave a reply