Les rêves du pape François pour « l’Amazonie bien-aimée »

Datée du 2 février 2020, mais publiée le 12 février 2020 (anniversaire de la mort de Sœur Dorothy Stang, assassinée en Amazonie il y a 15 ans), l’exhortation apostolique post-synodale du pape François est intitulée « Querida Amazonia, Amazonie bien-aimée » ; soit un trimestre après le Synode « qui s’est déroulé à Rome du 6 au 27 octobre 2019, et qui s’est achevé par un texte ayant pour titre Amazonie : nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale ».

Le pape adresse cette exhortation « au peuple de Dieu et à toutes les personnes de bonne volonté », bien au-delà des neuf pays que compte l’Amazonie. Il souhaite « réveiller l’affection et la préoccupation pour cette terre qui est aussi la «nôtre» et inviter à l’admirer et à la reconnaître comme un mystère sacré. D’autre part, parce que l’attention de l’Église aux problématiques de ce lieu nous oblige à reprendre brièvement certains thèmes que nous ne devrions pas oublier et qui peuvent inspirer d’autres régions du monde face à leurs propres défis ». Humblement, le pape veut « exprimer quatre grands rêves que l’Amazonie (lui) inspire », déclinant ainsi son propos en quatre parties : le rêve social ; le rêve culturel ; le rêve écologique ; le rêve ecclésial.

Je rêve d’une Amazonie qui lutte pour les droits des plus pauvres, des peuples autochtones, des derniers, où leur voix soit écoutée et leur dignité soit promue.

Je rêve d’une Amazonie qui préserve cette richesse culturelle qui la distingue, où la beauté humaine brille de diverses manières.

Je rêve d’une Amazonie qui préserve jalousement l’irrésistible beauté naturelle qui la décore, la vie débordante qui remplit ses fleuves et ses forêts.

Je rêve de communautés chrétiennes capables de se donner et de s’incarner en Amazonie, au point de donner à l’Église de nouveaux visages aux traits amazoniens.

Pour lire l’intégralité de l’exhortation, suivez le lien: « Querida Amazonia, Amazonie bien-aimée »

Laissez un commentaire