OBSEQUES DES PERES JACOB AFFOGNON ET PAULIN CAKPO TOUGOU.

Père et fils jusque dans la mort

Les 24 mai 2020 et 14 juillet 2020, il a plu au Seigneur de rappeler à Lui les Pères Paulin Cakpo Tougou et Jacob Affognon, respectivement curés des paroisses saint Mathieu de Gbozounmè et saint Pierre et saint Paul de Sèkandji. Leurs obsèques ont été présidés par Mgr Aristide Gonsallo, Evêque de Porto-Novo, le jeudi 23 juillet 2020, en l’Eglise saint Michel d’Avrankou, en présence de cinq Evêques du Bénin, Nosseigneurs Eugène Cyrille Houndékon, Roger Houngbedji, François Gnonhossou, Martin Adjou et Clet Feliho,  de nombreux prêtres venus de tous les diocèses du Bénin et d’une foule immense de parents, amis et paroissiens venus prier et rendre un dernier hommage aux illustres disparus.

L’ambiance était lourde, grave et morose. Le temps d’un gris tirant sur du noir répondait à la tristesse qui pressait et oppressait  les cœurs des représentants de la caravane humaine de Théophile Gauthier massés dans la belle et splendide église saint Michel d’Avrankou, ce matin du jeudi 23 juillet 2020. Par-delà les regards qui n’osaient plus se croiser mais que la rougeur inhabituelle des yeux, à défaut des larmes, trahissait, l’esprit se fixait impuissant sur deux cercueils, deux cercueils de prêtres. Il faut remonter le cours de l’histoire du diocèse de Porto-Novo jusqu’en 1991, pour voir pareil spectacle en la cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception de Porto-Novo, lors des obsèques des révérends Pères Ignace Fally et Michel Houngbédji, présidés par son Excellence Mgr Vincent Mensah, de vénérée mémoire. A la différence qu’ici, il ne s’agit pas de deux prêtres de la même génération mais plutôt d’un père et d’un fils : le Père Jacob Affognon (64 ans d’âge et 36 ans de sacerdoce) a envoyé en 1986 au séminaire st Joseph du Lac d’Adjatokpa, le Père Paulin Cakpo Tougou (45 ans d’âge et 14 ans de sacerdoce). Les deux étaient précédemment et respectivement curés des paroisses saint Pierre et saint Paul de  Sèkandji et saint Mathieu de Gbozounmè. Parents, amis, paroissiens, religieuses et prêtres voyaient silencieusement disparaitre à jamais ses deux visages à la fermeture des cercueils qui a suivi l’office des défunts et qui a été présidé par son Excellence Monseigneur Eugène Cyrille Houndékon, Evêque d’Abomey.

C’est dans ce silence assourdissant et habité par mille interrogations mêlées de tristesse et de regrets que commença la messe des funérailles présidée par son Excellence Monseigneur Aristide Gonsallo, Evêque de Porto-Novo, entouré de cinq Evêques, Nosseigneurs Eugène Cyrille Houndékon, Roger Houngbedji, François Gnonhossou, Martin Adjou et Clet Feliho et d’environ deux cents prêtres au nombre desquels, on pouvait distinguer les prêtres de la promotion saint Charles Borromée sortis du grand séminaire Monseigneur Louis Parisot de Tchanvédji en 2006. La célébration eucharistique a été animée par les chorales Adjogan et Sèxwényon qui ont su détourner notre attention de la destinée funeste de la caravane humaine qui marche vers la mort pour la reporter sur le Christ vainqueur de la mort qui nous attend au large.  « Olon wè nyi alé, (ter)  mi bo non wiwé ji » « Le gain, c’est le ciel (ter), restez saint » chantait majestueusement la chorale Adjogan.

Dans son homélie, Mgr Aristide, d’une voix rassurante et réconfortante, a insisté sur le sens chrétien de la mort. «  Nous sommes venus célébrer la Pâque de deux de nos confrères. (…) Comment ne pas avoir le cœur serré en voyant partir ces deux vaillants pasteurs ? (…) Et pourtant, nous célébrons une Eucharistie, c’est-à-dire une action de grâce. »  En effet, la mort est désormais pour le chrétien, un passage vers la vie, le portique ouvert sur le Paradis, pour paraphraser le dernier vers de Charles Baudelaire dans le poème « La mort des pauvres » de son recueil Les fleurs du mal. Puis le Prélat a longuement souligné les traits caractéristiques communs du ministère sacerdotal des deux prêtres : disponibilité sans limite au service des fidèles, passion pour porter l’évangile vers les périphéries par la création de nouvelles communautés, attention et générosité envers les plus démunis, dévouement en qualité d’aumônier pour les chorales Adjogan pour le Père Jacob Affognon et Sèxwényo pour le Père Paulin Cakpo Tougou.

De manière spécifique, on retiendra du Père Jacob Affognon que ce soit à la cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception de Porto-Novo, à Djèrègbé, à Affamè, à Adjohoun, à Avrankou, au séminaire st Joseph de Missérété et à Sèkandji, sa rigueur, sa détermination à avancer malgré les critiques, son amour viscéral pour la beauté de la liturgie qui s’est traduit par la formation permanente des acteurs, un effort colossal sur de longues années pour la traduction en Gun des textes liturgiques et enfin la construction de maisons dignes pour le Seigneur. Les empreintes du Père Jacob Affognon resteront à jamais gravées à Avrankou dont il est le curé fondateur. L’Eglise paroissiale de plus de 2000 places assises qu’il a commencée et achevée (chose rare !) porte la marque de sa capacité à mobiliser les fidèles autour d’un projet ecclésial.

A l’école de son père, l’abbé Paulin Cakpo Tougou s’est aussi illustré par des constructions. On citera, entre autres, la maison des sœurs de Kouti. Plus que cela, il a été un prêtre qui savait communiquer la joie à son entourage grâce à sa simplicité et à son sens de l’humour à Djèrègbé, à Adjarra, à Dekin, à Kouti et à Gbozounmè. Mgr Aristide Gonsallo a fini sa prédication en les confiant à la miséricorde divine qui leur fera obtenir la couronne de gloire.

Après l’absoute présidée par Mgr Roger Houngbedji, Archevêque de Cotonou, les dépouilles mortelles des pères Jacob et Paulin sont conduites au cimetière municipal de Porto-Novo pour y être inhumées dans le caveau des pères. A la fin de la messe qui aura duré environ trois heures, un soleil ardent a brillé sur Avrankou, chassant la grisaille de ce matin, signe que les Pères Jacob et Paulin sont désormais dans la Lumière de Dieu.

 

 

Père Eric Oloudé OKPEITCHA

Diocèse de Porto-Novo

Quelques images de la cérémonie funèbre

4 comments

  1. Anne-Marie Pierrette ZONON HOUNSINOU 24 juillet, 2020 at 11:30 Répondre

    Je rends grâce au Seigneur pour la beauté de cette célébration funèbre dont la synthèse bien faite est assortie d’images soignées et très émouvantes. La présence des Évêques, Prêtres, Religieux, Religieuses et fidèles des autres diocèses aux obsèques des Pères Jacob AFFOGNON et Paulin CAKPO TOUGOU est la preuve visible et incontestable que l’Eglise Catholique est Une.

Laissez un commentaire