Vie diocésaine

Vivre la communion en Eglise famille de Dieu à la lumière de Saint Paul

Une nouvelle année commence. Nos agendas surchargés disent quelque chose de la façon dont nous envisageons notre vie. Tout semble si bien cadré, rempli et programmé qu’il nous reste bien peu de place pour un peu de poésie, pour la visite inopinée d’un rayon de soleil, pour un chant d’oiseau, pour une rencontre imprévue. Mais l’enjeu majeur pour nos vies fraternelles est la recherche ardente et communautaire de l’union avec Dieu et avec le prochain. Lorsque la recherche de Dieu n’est plus notre désir commun, nos engagements divers peuvent devenir des prétextes ou des chasses gardées. Nos apostolats personnels prennent peu à peu la place qui revient au Seigneur et cela tue la joie de vivre en frères et la force de notre témoignage communautaire. On peut être bon chacun dans son domaine, mais aurons-nous des communautés où l’on respire Dieu, où l’on cherche ensemble sa volonté, où l’on partage la joie de vivre en lui et la communion entre frères et sœurs ?

En suivant les dispositions de notre plan quinquennal Horizon 23, nous avons choisi d’aller plus en profondeur en creusant l’ecclésiologie de la communion. Avec le mois de janvier, nous abordons le deuxième sous-thème qui évoque la communion dans la communauté chrétienne selon Saint Paul et son fondement biblique.

Le fondement de la vie en communauté des premiers chrétiens se trouve en Jésus mort et ressuscité. Leur amour pour le Christ les entraîne à n’avoir « qu’un seul cœur et une seule âme » (Ac 4,32). Le lieu de la réalisation de cette communion est la fraction du pain et la mise en commun des biens (cf. Ac 2,42 ; 4,32-5,11). Paul invite les communautés fondées par lui-même, à l’imitation du Christ mort et ressuscité en vivant l’amour mutuel. Guidées par cet amour fraternel, elles éviteront de scandaliser les plus faibles dans la foi (cf. Rm 14,13-23).

La lettre aux Philippiens signale que, durant sa captivité, le lien de communion entre l’apôtre Paul et la communauté a été maintenu par Epaphrodite envoyé des Philippiens pour remettre des dons à Paul.

La lettre aux Galates mentionne qu’après quatorze années d’action missionnaire, Paulest monté à Jérusalem rencontrer Jacques, Pierre et Jean, apôtres avant lui, pour recevoir d’eux un signe de communion (cf. Ga 2,9). Selon Paul, la communion scelle l’unité des communautés chrétiennes dans le Christ mort et ressuscité. Pour manifester et consolider cette communion, Paul organise des collectes au profit des communautés de Jérusalem (cf. 1Co 16,1-4 ; 2 Co 8-9 ; Rm 15, 26s).

Pour Saint Paul, la communion à l’intérieur de l’Eglise trouve sa source dans le sacrement de baptême. Etre baptisé au nom de Jésus-Christ signifie appartenir au Christ et être un avec lui (cf. Ga 3,27 ; Rm 13,14). Les baptisés ne constituent alors qu’un seul esprit avec le Christ (cf. 1Co 6,17). Aux Corinthiens divisés Paul rappelle essentiellement que « nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit à un seul corps » (1Co 12,13). Cette unité défend qu’on prenne parti pour Céphas, Apollos ou Paul, car le Christ n’est pas divisé (cf. 1Co 1, 12s ; 3,4).

La communion des membres de l’Eglise à l’Eucharistie renvoie au mystère trinitaire qui entraîne la grande famille humaine dans la même communion. Par sa mort et sa résurrection, le Christ a abattu le mur de séparation qui divisait les peuples et il a mis fin à leur inimitié (cf. Ep 2, 14). Il a fait membres de son corps ceux qui se nourrissent de lui (cf. 1 Co 10, 17 ; Gal 3, 28). Comme le rappelle saint Jean-Paul II dans Mane nobiscum, le don du Christ et de son Esprit que nous recevons dans la communion eucharistique, « accomplit avec une surabondante plénitude les désirs d’unité fraternelle qui habitent le cœur humain. De même, il élève l’expérience de fraternité inhérente à la participation commune à la même table eucharistique jusqu’à un niveau bien supérieur à celui d’une simple expérience de convivialité humaine » (§ 11).

Pour Saint Paul, par sa foi et son baptême, le croyant participe aux mystères du Christ. Car, mort au péché avec le Christ, le chrétien ressuscite avec lui dans une vie nouvelle (cf. Rm 6,3s ; Ep 2, 5s). Il est assimilé à la passion, à la mort et à la résurrection du Seigneur (cf. 2Co 4,14). La participation au corps eucharistique du Christ réalise à la fois la communion au Fils et l’union des membres de son corps (cf. 1Co 10,17).

A travers la communion au corps et au sang du Christ, le croyant communie au sacrifice du Christ. Communier à l’Eucharistie, c’est s’unir à l’offrande du Christ et à Dieu (cf. 1Co 10,18-21). A travers cette communion au corps et au sang du Christ, les chrétiens « annoncent la mort du Christ jusqu’à ce qu’il vienne » (1Co 11,26). Ils font l’expérience d’une merveille d’amour par la communion au corps du Seigneur et en lui à tous les membres. Sacrement de la charité et de l’union dans le corps du Seigneur Jésus, l’Eucharistie est le sacrement du sacrifice du Christ.

La communion à l’Eucharistique aide le croyant à découvrir qu’il est membre du corps du Christ (cf. 1 Co 10,16s). En affirmant que nous formons tous un seul corps et que nous sommes membres les uns des autres, l’apôtre voudrait signifier que c’est le corps du Christ qui unifie les divers membres du corps que forment les croyants par le baptême et la communion eucharistique. Dans le Christ, chaque baptisé a une fonction particulière, en vue du bien de l’ensemble. Autour du corps du Christ se réalise donc l’unité des croyants. L’Eucharistie crée la communion et éduque à la communion. Saint Paul montrait aux Corinthiens combien leurs divisions manifestes dans l’assemblée eucharistique étaient en opposition flagrante à la célébration de la Cène du Seigneur. En conséquence, l’Apôtre les invitait à réfléchir sur la réalité véritable de l’Eucharistie, pour les faire revenir à un esprit de communion fraternelle (cf. 1 Co 11, 17-34).

Les chantiers sont divers et nombreux pour que la communion selon saint Paul soit entretenue et intensifiée au sein de notre Eglise diocésaine.

Il s’agit avant tout d’éviter l’écueil de la division et celui de l’uniformisation. On ne choisit pas son frère mais on le reçoit comme une grâce. L’un des traits essentiels de la communion est la réciprocité dans le partage, la générosité du don. Développer une telle disposition de cœur donnerait à notre Eglise diocésaine une vitalité nouvelle.

Par ailleurs, en œuvrant pour plus d’ouverture aux autres communautés ecclésiales qui partagent avec nous la foi au Christ Jésus, notre diocèse poursuit ses efforts pour devenir un modèle d’œcuménisme.

La communion implique en outre la participation active et responsable des fidèles à la vie de la société en étant solidaires de l’humanité, en partageant ses joies, ses peines et ses espérances.

Toutes ces initiatives en faveur de la communion appellent une catéchèse repensée, une liturgie soignée, des homélies et des prédications bien préparées, une formation permanente des laïcs opérationnalisée, une initiation biblique théologique offerte à tous.

Les chantiers sont ouverts. Alors au travail dans la communion et dans la lumière de l’Esprit-Saint.

 

 

† Aristide GONSALLO,

Évêque du diocèse de Porto-Novo

NOUVELLES DE FAMILLE

A l’aube de l’année nouvelle, je voudrais vous exprimer mes meilleurs Vœux pour une heureuse année de grâce que le Seigneur nous accorde en sa bonté. Que l’Emmanuel, Parfaite Image et Expression Vivante de Communion avec le Père, vous donne les grâces nécessaires pour la traversée de l’Année 2020. Ma prière vous accompagne. 

Sur recommandation du pape François, le 3ème dimanche du Temps Ordinaire sera désormais consacré à la Parole de Dieu : «J’établis que le troisième Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu», (Motu proprio Aperuit Illis  publié le 30 septembre 2019). La date d’incidence cette année est le dimanche 26 janvier 2020. A sa session plénière du 20 au 23 octobre 2019 à Parakou la Conférence Episcopale du Bénin a décidé que « la quête du troisième dimanche du temps ordinaire sera désormais impérée et destinée aux œuvres de promotion de la Bible.

Nous prions pour le repos des âmes de :

  • Joséphine, mère de l’abbé Gervais ZANNOU, inhumation à Adjohoun samedi 18 janvier à 10h.
  • Marie Théophile, père de sœur Sidonie ZANNOU, sœur de Padre Pio. Inhumation au Sacré-Cœur à Ouenlinda le samedi 25 janvier à 10h.
  • Valentin, papa de sœur Appoline TOMAVO en mission au Cameroun
  • Monica, mère de sœur Mary Benedicta, Petites Sœurs des Pauvres à Tohouè
  • Lucie, mère de sœur Léontine CHOGNIKA, OCPSP

 

previous arrow
next arrow
Slider

 QUELQUES DATES

-Mercredi 1er Janvier : 09h30 : Messe et baptêmes à la paroisse Saint Michel de Djègan Daho.

-Jeudi 02 Janvier : Le secrétariat de l’évêché est fermé

-Samedi 04 Janvier : 9h30 : Messe à la paroisse Sainte Thérèse de Takon.

9h30 : Messe à Bembè. Fête des familles pour le doyenné des Aguégués

-Dimanche 05 Janvier : Epiphanie du Seigneur

09h30 : Messe de l’Epiphanie à la Cathédrale de l’Immaculée Conception de Porto-Novo.

-Du Mardi 07 janvier au Vendredi 10 janvier : Session plénière ordinaire de la Conférence Episcopale du Bénin (CEB) au siège à Cotonou

-Dimanche 12 Janvier : 9h30 : Parakou : clôture de la célébration du jubilé des 75 ans d’évangélisation au Sanctuaire Notre-Dame de Komiguea par le Cardinal John ONAIYEKAN, Archevêque émérite d’Abuja

10h : Messe pour les familles à Agbalilamè.

-Vendredi 17 Janvier : 11h00 : Messe à la Direction Nationale de la Caritas

-Samedi 18 Janvier : 9h30 : Messe à la Cathédrale de Lokossa pour les 20 ans de décès de Mgr Robert SASTRE

10h00 à Adjohoun, obsèques de Joséphine, mère de l’abbé Gervais ZANNOU.

9h30 : Commission des mouvements et Associations : Rencontre communion, laïcs et consacrés au Centre Pastoral de Ouando.

9h30 : Commission des mouvements et Associations : Rencontre des responsables des mouvements et Associations de la zone plateau à Pobè.

-Dimanche 19 Janvier : 9h30 : Messe à la paroisse Saint Jean Marie Vianney de Mitro.

-Lundi 20 Janvier : 19h : Aumônerie de l’œcuménisme : 1ère séance de prière pour l’unité des chrétiens à la Cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception de Porto-Novo

-Mardi 21 Janvier : 19h : Aumônerie de l’œcuménisme : 2ème séance de prière pour l’unité des chrétiens au Temple Protestant de Wadon.

-Jeudi 23 Janvier : 9h30 : Caritas Nationale, Conseil d’administration à Djeffa

19h : Aumônerie de l’œcuménisme : 3ème séance de prière pour l’unité des chrétiens à la paroisse Saint Pierre et Paul de Kandévié

-Vendredi 24 Janvier : 19h : Aumônerie de l’œcuménisme : 4ème séance de prière pour l’unité des chrétiens à la Cité de Grâce de Houèzounmè

-Samedi 25 Janvier : 10h au Sacré Cœur Ouenlinda, obsèques de Marie Théophile, père de sœur Sidonie ZANNOU, sœur de Padre Pio

                10h : Obsèques de Lucie, mère de sœur Léontine CHOGNIKA à Adjarra.

-Dimanche 26 Janvier : 9h30 : Célébration de la fête identitaire Wémèxwe dans la Commune Bonou

-Du lundi 27 au Vendredi 31 janvier : Assemblée Provinciale de l’UCB à Abomey.

Du jeudi 30 janvier au dimanche 02 février, Rome, 3ème Rencontre Internationale entre Chrétiens et Pasteurs pour l’Afrique, organisée par la Communauté de Sant’Egidio.

 

Leave a reply